Trop d’impôt tue l’impôt . Même sur la bière.

En janvier, le gouvernement a entériné une nouvelle hausse de 160% sur la taxe touchant les blondes, brunes et autres ambrées.

Résultat : la demande a baissé et la production aussi. Cette dernière affiche même un recul de 16,5% sur les six premiers mois de l’année.

Le mois de juin renforce la tendance : baisse de  16,4% pour les bières destinées aux cafés-hôtels-restaurants et de 20,5% pour la grande distribution.

La hausse de la taxe enregistrée en janvier devait aider le gouvernement à renflouer les caisses de la Sécurité sociale en récoltant 480 millions d’euros de plus par an. Pas sûr que ça marche, en plus du coup les Lillois iront prendre un pot en Belgique !

 

Juin 2014 – Intéressant, l’impact de la vague de fiscalité, non ?  (source INSEE)prix biere

 

Publicités

C’est ma fête .

Professionnellement, on m’appelle désormais Thomas. Ca doit être l’âge: j’ai de plus en plus de mal à croire aux promesses, aux projets qui s’appuyent sur l’enthousiasme sans toujours tenir compte de la dure réalité des faits . Alors je demande des résultats, des faits, du concret . Logique, pour un ingénieur, non ?Thomas-the-tank-engine-logo

Shanghai, une discussion qui s’attarde en soirée : “ce que je n’arrive pas à comprendre chez toi, c’est le fait que tu croies en Dieu. Toi, l’ingénieur,  le sceptique, intelligent, rationnel,…” Merci pour le compliment , d’abord, mais c’est comme cela. Je crois. J’ai décidé de croire, comme on décide d’aimer, le jour de son mariage. Et les raisons de croire, elles s’accumulent presque chaque jour . Vous ne les voyez pas , ces “clins Dieu”, petits ou grands hasards providentiels qui émaillent nos journées ? Moi, j’en vois de plus en plus . Et je ne suis pas le seul . Allez lire ce cher KTO .

Bon, j’ai dit PRESQUE tous les jours. Honnêtement, il y a des doutes . Raison de plus de m’appeler Thomas . Comme dit Wikipedia , Il est le patron des chrétiens qui persévèrent dans la foi tout en connaissant le doute.  Alors, c’est vraiment ma fête ce 3 juillet, jour de la Saint Thomas.

L’Asie qui blanchit

Non, pas encore un post de plus sur la catastrophe qui guette la Chine après 30 ans de politique de l’enfant unique …. bonjour le problème des retraites mais c’est un autre sujet.

Séminaire à Jakarta avec mes collègues marketeurs des pays d’Asie du sud Est . Tous se plaignent de la difficulté d’embaucher des locaux compétents. Par contre, ils mesurent les effets de la crise : à Hanoi, Manille, Bangkok, nombreux sont les jeunes Francais diplômés, qui prennent un aller simple et postulent sur des postes, payés aux niveaux des salaires locaux (soit un SMIC Francais à Hanoi, qui donne un niveau de vie confortable).

Mon ami Singapourien, lui,  s’inquiète de l’augmentation de l’immigration, qui devient vraiment conséquente . Immigration Malaise , lui demande-je ? Non, non ! Nous sommes envahis de jeunes Européens qui prennent tous les postes de cadres dans les sociétés internationales !

Covoiturage retour de Lyon, avec deux jeunes infirmiers . Ils n’ont pourtant pas de problème d’emploi, eux. Pourtant, ils ont pris leur billet pour Nouméa . Pour le dépaysement, mais surtout pour pouvoir créer plus facilement leur cabinet. Illusion ? Le fait est qu’il ne se passe pas de semaine sans que l’on entende parler d’un jeune de notre entourage qui part là bas .

Sans aller en Asie , combien de nos enfants travaillent en Suisse ?

Covoiturage Lille Bruxelles : voyageons avec un Francais d’origine Marocaine, qui depuis 3 ans a laissé sa famille à Lille et travaille à Bruxelles … ici au moins il y a du travail !

Tout cela donne le vertige . Si , en quelques mois, sans chercher, j’en vois tant qui partent, combien de nos diplômés restent en France ? Le chiffre , s’il existe, doit faire peur.

Alors gardons un espoir et faisons un vœu. Que le jour où, et il viendra, la France fera réellement ce qu’il faut pour que l’on puisse y entreprendre, tous ces expatriés soient le premier relais de nos exportations.