Gender balance, ou 80% ?

Ça y est, c’est reparti . La promotion du politiquement correct “gender balance” en entreprise. Mais, en plus, au delà du politiquement correct, c’est vrai. Les deux sexes sont complémentaires . Enfin, en entreprise, ils sont complémentaires . Parce que en dehors de l’entreprise il faut les dire “interchangeables” au risque de se faire traiter de dangereux droitiste conservateur archaïque. Mais la n’est pas mon propos.

Bon, OK, gender balance. Avec nos trois garçons, on a vu la différence avec l’arrivée des copines des enfants et autre belle fille. Mon collègue, seul de son espèce au milieu de six sœurs, m’a fait le même témoignage. Je suis convaincu.

Depuis quelques années, j’ai vraiment envie de lâcher un peu le boulot . Disons de travailler à 80% . Mais je n’ose pas . C’est évident, je n’aurais pas le même travail. Pas un boulot aussi intéressant. On ne peut pas être cadre supérieur à 80% . Ah bon, et si on est une femme, c’est différent ?

Que l’on soit grand père ou jeune parent, ça saute aux yeux . On ne fait pas des enfants pour les laisser toute l’interminable journée chez la nounou. Alors, chiche: deux parents et deux grands parents à 80% , ça fait une seule longue journée de nounou ou crèche par semaine .. Ça change tout. Et même sans compter sur les grands parents, ça arrange bien l’équilibre indispensable pour ces petits chéris (et leurs parents par voie de conséquence).

Le vrai problème que nos entreprises ont a régler, exprimé sous le mot “gender balance”, n’est il pas en réalité leur incapacité à fonctionner avec des collaborateurs qui travaillent à 80% ? Qu’ils soient homme ou femme est finalement secondaire . Réglons ce problème, le gender balance arrivera tout naturellement.