Mais Monsieur, vous n’y pensez pas , c’est tout simplement pas possible. Dommage @airfrance et vivent les taxis Parisiens.

Je l’aime bien. Je l’ai achetée au format easyjet, le plus contraignant. Avec elle, j’ai couru la monde de Vancouver à Hong Kong, sans jamais rien enregistrer en soute (regle de base du voyageur professionnel). Et là,  à Paris, sale et fatigué d’une nuit de vol en éco, à l’embarquement pour un vol a moitié vide pour Genève,  voila la petite chef qui fait une fixette sur ma valise, me la fait mettre en soute. Sans discussion possible. Bon, sur un direct ils ne devraient pas me la perdre. Mais, avec la lenteur légendaire des bagagistes Genevois ca rajoute une demi heure a mes 20 heures de voyage. Ah, ma grande, tes collègues en cabine auront beau être super prévenants et cool,  a cause a toi je garde une dent contre Air France…

valise taxi

Rue St Dominique, réunion terminée en avance. On peut rêver attraper un train plus tôt, qui nous fera nous coucher a une heure décente. Deux taxis Parisiens sont là, réservés et attendant leur client. Mais où donc est la station de taxi la plus proche ?

Aucune idée,  bougonne le premier.

Montez, je vous y emmène gratuitement, j’ai quelques minutes d’avance. Médusés,  nous acceptons ce service que le second nous propose. Il faut bien que la profession s’entraide, non ?

Ah , bonhomme,  même si sans doute Uber a influencé ton comportement,  tu as sauvé l’image des taxis Parisiens.

 

Comme quoi nos actes ont bien souvent une portée et un impact insoupçonnés. Raison de plus pour semer du positif * , même a coup de graines de sénevé **.

 

* petit mode d’emploi pour semer du positif

** pour ceux qui ignorent les vertus de la graine de sénevé..

A tous on peut tout … mais sans toi c’est dur.

noteSi la note disait : ce n’est pas une note qui fait la musique… Il n’y aurait pas de symphonie.

visu-289x214-livresSi le mot disait : ce n’est pas un mot qui peut faire une page .. Il n’y aurait pas de livre.

Si la pierre disait : ce n’est pas une pierre qui peut monter un mur.. Il n’y aurait pas de maison.

goutteSi la goutte d’eau disait : ce n’est pas une goutte d’eau qui peut faire une rivière .. il n’y aurait pas d’océan.

Si le grain de blé disait : ce n’est pas un grain de blé qui commence un champ .. il n’y aurait pas de moisson .

Si l’homme disait : ce n’est pas un geste d’amour qui peut sauver l’humanité… il n’y aurait pas de bonheur.

Comme la symphonie a besoin de chaque note, comme le livre a besoin de chaque mot, comme la maison a besoin de chaque pierre, comme l’océan a besoin de chaque goutte d’eau, comme la moisson a besoin de chaque grain de blé, l’humanité toute entière à besoin de toi, là ou tu es, là comme tu es, avec ta joie, ton espérance, ta souffrance, ta misère …

L’humanité toute entière a besoin de toi car tu es unique et irremplaçable . Ainsi soit il   

 

Michel Quoist

Alimentaire : sus au gaspi..

Quel scandale que cette nourriture gâchée !! 30% 40% 50% de la production alimentaire serait gâchée. Honte à … au fait , honte à qui ? Aux multinationales agro alimentaires, ou à nous, leurs clients ?

Plateau repas pour nous sustenter lors d’une réunion d’importance positionnée à l’heure des repas . Chacun reçoit dans son carton son petit kit , sel, poivre, moutarde .

On ne parle plus de 30, 40, ni 50% . C’est 90%, 95%, 99% de high tech agrifood qui finit à la poubelle… avec son emballage bien sûr !

agrofoodLa solution au gaspi de l’agriculture mondiale ? Que chacun soit fondamentalement écolo dans l’âme , qu’il respecte le bon sens paysan qui sommeille en chacun de lui. Donc arrêtons de travailler pendant l’heure des repas. Finissons nos assiettes . Revitalisons le doggie bag. En plus, comme déjà expliqué, cela fera baisser le cours international des denrées alimentaires donc facilitera l’accès à la nourriture aux pays pauvres .

 

Un petit mot d’encouragement qui peut parler à tous.

 

Serait-ce moi Seigneur qui m’assoupirai tout à l’heure au lieu de rester à tes côtés lorsque tu auras besoin de ma présence et de ma prière au jardin de Gethsémani ? Serait-ce moi qui ferai comme si je ne te connaissais pas lorsque tu seras soumis à la question dans la maison du Grand Prêtre ? Serait-ce moi qui vais te vendre pour une trentaine de pièces d’argent ? Serait-ce moi Seigneur qui aujourd’hui encore m’assoupis au lieu de veiller, qui vis ma foi dans la faible mesure où mes occupations quotidiennes m’en laissent le loisir. Serait-ce moi qui, peut-être, te trahis sans même en avoir véritablement conscience ?

diable et ange haddockC’est possible, mais c’est aussi toi qui as quitté tes filets, ta sécurité, ta respectabilité pour me suivre. C’est toi qui as risqué ta vie et surmonté ta peur pour m’accompagner au plus loin que tu pouvais. C’est toi qui as marché avec moi sur les routes de Galilée et dans ma montée vers Jérusalem sans savoir où nous allions. Et c’est toi qui, aujourd’hui encore, là où tu es, là où tu en es, entretiens la petite flamme de la foi sur ton lieu de travail, au sein de ta famille, parmi tes amis pour qui je ne suis pas forcément grand-chose. C’est toi qui as le courage parfois d’être, en mon nom, signe de contradiction. Alors, laisse donc cette question avec son poids de culpabilité et d’angoisse que tu n’as pas à porter. Vis pleinement ces instants d’intimité ensemble, ce dernier moment d’amitié auquel je tiens plus que tout.

 

Merci,  JP Vesco, pour ces mots qui tombent au bon moment, ou chacun ,dans la cause qu’il porte, peut rencontrer un moment de doute sur la petitesse et l’imperfection de ses efforts. Haut les cœurs pour la rentrée !