Au royaume des aveugles les borgnes sont rois

Le tourisme français est en berne*.  Et cette année les circonstances familiales me conduiront à ne pas l’aider, à ne pas suivre mes bonnes résolutions de l’an dernier**.

C’est au delà des alpes que me retrouve août. Un peu atterré, il faut le dire, par l’accueil vécu. Enthousiaste de la part des individus, petits restaurateurs ou hébergeurs que air BnB met sur mon chemin. Mais quel manque de professionnalisme chez les soi disant professionnels. Si vraiment vous n’avez besoin de rien, allez donc tenter votre chance à l’office du tourisme, quand vous l’aurez trouvé. Je veux dire les offices du tourisme, celui de la ville et celui de la région, comme à Parme. Situés à  300m l‘un de l’autre, ils s’ignorent superbement et ne parlent qu’italien l’un comme l’autre. Intéressante conversation qui mobilisa mon faible vocabulaire des 4 langues majeures européennes et de google translate en dernier ressort.

Quand ils ne sont pas fermés…pour cause de vacances ou de travaux d’été comme à Milan !!!

Paradoxalement, cela me remplit d’espoir.

La France était dans cet état il y a une vingtaine d’années.  Mais a progressé. Oh, tout n’est pas parfait mais l’anglais est plus répandu. Même dans les petits restaus grenoblois, c’est tout dire.

Oui, le professionnalisme et le travail paient. Les attentats n’arriveront pas à enlever cela.

 

2-borgnesCeci dit, vivement quand même qu’on se trouve un politique avec deux yeux, tous ceux actuellement en place ressemblent un peu à ça, non ? Qu’il sache donner à notre pays, en matière de tourisme, la vue d’aigle*** qu’il mérite.

 

* premiers bilans de l’été 2016

** vacances chauvines ?

*** et ca passe par une position simple et sans ambiguité vis à vis de l’économie du partage, vite, SVP.

Fraternité du web, hors la loi fiscale ?

J’ai beaucoup aimé un papier sur Uber*, qui permet aux jeunes des quartiers d’entreprendre, et de tailler la bavette avec des PDG en les véhiculant.

Covoiturage , je l’ai déjà mentionné**, m’a aussi fait rencontrer des gens que tout dans la vie sépare de moi.

Air BnB , tout récemment, m’a permis de m’inviter chez une Barcelonaise modeste, vivant de petits boulots, et de la location de sa chambre. Encore une avec laquelle je n’aurais jamais eu normalement l’occasion de discuter .

Ils sont beaux, ces sites . En plus de provoquer la rencontre, et bien sûr pour provoquer la rencontre, ils éliminent ce qui fait que cette dernière ne se produit pas sans eux : la peur, le risque. De tomber sur n’importe qui. De se faire arnaquer . De voir son logement détérioré .

Avec la notation peer to peer, avec les assurances qui accompagnent la prestation, ils ont fait tomber peu à peu toutes ces barrières .

Bravo, et merci .

eco-collaborativeAh , problème . Le fisc se retrouve complètement court-circuité par le business peer to peer …  Alors il résiste, c’est normal. Le sénat fait des propositions, les candidats également … Par pitié, simple, simple… ne tuons pas ces beaux mouvements.

Encore un argument pour la taxation flat rate, prélevée à la source… et basta .

 

 

*Oh, tout n’est pas rose avec Uber, air BnB et autres . Il y a bien des critiques. Mais le role social n’est pas contesté. Et, pour une fois, l’europe ne pousse pas a la roue de la complexification

** rencontres de covoiturage