Clameur des choses, douceur des êtres.

J’ai toujours mal quand j’entends une chaîne grincer. Un moteur gronder sous la peine. Ou une pédale couiner. Mais enfin, tous, n’entendez vous pas les protestations de la mécanique contre le traitement inhumain que vous lui infligez ?

Venez donc desserrer un peu cet écrou. Ou huiler ce pignon. Ou refaire ce réglage. Et votre mécanique vivra dix fois plus longtemps..

On dit souvent que l’écologie est l’écoute de la clameur de la terre et de la clameur des hommes. Je généralise volontiers à toute clameur ..Car toute clameur signifie une blessure. Une contrainte. Qui empêche de vivre longtemps, paisiblement, heureusement.

Inutile de prôner l’économie circulaire à qui fait hurler un moteur. Cirer un embrayage. Ronfler un pneu de vélo mal gonflé sur l’asphalte, crisser celui qui dérape en une gabegie de particules fines…

Et si l’éducation à l’écologie intégrait l’éducation à l’attention à tout bruit ? A tout grincement? A toute blessure ? L’éducation à la poursuite du silence. 

La santé, c’est la vie dans le silence des organes, dit on . Est elle possible hors d’un certain silence du monde? 

L’essentiel est invisible pour les yeux

Ne trouvant pas de support de douchette de rechange utilisant les mêmes trous de fixation, je l’ai refait. Vive l’imprimante 3D !

Certes, la nouvelle, en blanc, a un aspect plus massif. A n’en pas douter, elle est plus robuste et je parie que sa durée de vie excédera celle de son prédécesseur.

Mais, comme dirait le petit prince, l’essentiel est invisible pour les yeux. La balance lui donne 24 grammes contre exactement le double à l’ancienne.

Deux fois moins de pétrole, deux fois moins de plastique qui finira au fond des océans.

Voilà, au-delà de mon militantisme écolo pour l’impression 3D* (mais pourquoi donc la journaliste de FR3 a-t-elle accueilli l’autre jour ce propos avec un petit  sourire aux lèvres ?) , une piste d’optimisme sur ce que la technologie peut apporter. La techno ne nous sortira pas à elle seule, tant s’en faut, de l’impasse dans laquelle nous sommes empêtrés, mais, comme tout bon colibri, elle fera sa part.

Et au pire du pire, l’option bio sourcée zéro pétrole est possible avec une pièce en PLA** qui résistera à peu près a tout…sauf à la douche brûlante ..

* Pour un exploit encore plus écolo de ma machine, c’est par là..

** et pour le PLA par là.

De la population et du climat.

« Le futur de la planète ne pourra faire l’économie de la limitation des naissances, de la baisse de la population mondiale. » Il le clame haut et fort. D’ailleurs  l’identité de Kaya le démontre.

Fort de n’avoir procréé qu’une seule fois, il estime donc avoir fait sa part et ne se prive d’aucun des plaisirs que sa coquette double retraite de couple lui permet.

« Les notions de finitude des rations, de partage obligatoire, de respect de l’autre, de l’apprentissage du « vivre avec », du recyclage des objets et vêtements, du  fait maison  nous imprègnent tous » rétorque à distance ce jeune couple et ses cinq enfants. Et ce sont ces notions de partage, de soin à l’autre, qui manquent à l’individualisme qui lui-même met à genoux notre vivre ensemble et menace notre planète.

Alors je ressors cette planche**, ou le rythme des voyages et le style de consommation, étalés fièrement et abondamment sur les réseaux, place sans doute aucun notre monoparent dans le 1% des Français les plus émetteurs d’équivalent CO². 56 tonnes chacun. 168 tonnes pour votre famille. Et on l’on peut tout aussi aisément, quand on connait les revenus modestes de notre tribu, les situer dans le tiers inférieur. Mettons 5 tonnes chacun, 35 tonnes le lot de 7.

Désolé mon cher ami, mais s’il en est un de trop c’est votre enfant, sauf s’il se démarque radicalement du système de vie et de valeurs dans lesquels il ou elle a baigné.

Et en tous cas pas un de ces enfants Africains ou Indiens qui sont d’ores et déjà en dessous des 2 tonnes auxquelles l’humanité est appelée  à converger***.

Eh oui, l’identité de Kaya est faite pour être cassée, certains**** ne s’en privent pas d’ailleurs. Encore une démonstration que dans ce domaine délicat la solution unique n’existe pas, que chacun devrait se former ***** et trouver sa voie sans trop donner de leçons aux autres.

* mon film fétiche sur l’alimentation que je recommande vivement, ici sur youtube.

** extraite du kit d’animation du jeu Inventons Nos vies Bas Carbone ( INVBC de son petit nom). utilisé abondamment lors de mes débriefs de fresque.

*** juste pour éviter de passer les deux degrés d’échauffement au delà desquels on ne sait plus trop comment les mécanismes de rétroaction positive que sont (entre autres) la fonte du permafrost et le ralentissement du Gulf Stream vont faire s’emballer la machine climatique (bon, OK, pas évident à intégrer d’un coup, jouez donc à la fresque du climat, vous comprendrez mieux).

**** Cédric fait cela magistralement ici.

***** Parmi mille manières et outils, la fresque tient toujours ma préférence.