Laissons-les donc se débrouiller seuls..

1326-mon-enfant-a-16-mois-et-ne-marche-pas_2
Lâchez la, laissez la tomber, elle vous étonnera…

Noël au nord du Togo. Depuis le début de ce séjour, nous croisons une succession d’ONG et de centre de santé perfusés par l’Occident. Nous vivons une fois de plus, comme à Madagascar il y a deux ans et au Mali avant, ce racisme officialisé difficilement acceptable qui nous rackette sur notre seule couleur de peau. Eh oui, le blanc est là pour faire tourner l’économie. Une pompe est en panne ? Attendons l’ONG qui viendra la réparer (c’était au Mali).

Il est vrai que c’est très difficile pour un local d’entreprendre. Très vite, il se trouve dans l’obligation de faire vivre la famille, le village, et de s’effondrer sous ces charges

Mais est ce une raison pour que l’occident continue de perfuser ? N’est ce pas une forme de maintien du pays sous son contrôle, une colonisation des temps modernes ? De plus en plus de voix s’élèvent pour recommander une diminution drastiques des missions humanitaires. Une chose est sûre, elles ne doivent avoir pour seul objet que le transfert de connaissances. A l’image de ce centre de soins d’Aledjo qui refuse de créer un orphelinat (les enfants appartiennent au village, pas aux sœurs ) et décrit sa mission première comme d’être un centre de formation (nous sommes une poignée de soignants permanents, avec une vingtaine d’autres en formation qui tournent tous les six mois).

Finalement, sans aller si loin, n’est ce pas le même cas que celui de notre assistanat*, et de notre attitude vis à vis de nos entrepreneurs** ? S’assurer que l’on donne de la connaissance, que l’on loue de la ressource- dans les deux cas si cela répond à une demande– dans un contrat clair , et laisser la liberté d’agir.

 * sur notre trappe a assistance

** aider les entrepreneurs en étant actionnaire ?

Publicités
Colonialisme

Colonialisme

Intéressant, ce hasard qui me fait emmener “les ombres de Boufarik” , lors de notre voyage en Nouvelle Calédonie.

Un livre qui montre bien que la vérité est une réalité a plusieurs facettes . Le grand père de l’auteur est il un affreux colon conservateur anti-indépendance jusqu’au boutiste, comme le retient l’Histoire officielle, où un généreux paternaliste qui a tant fait pour le bien être des populations Algériennes, comme le transmet la tradition familiale?

 

 

Un livre qui fait réfléchir sur la colonisation, et s’interroger sur le futur de la Nouvelle Calédonie . Ce pays va t-il vers l’indépendance ? Comment ?

Il y a tellement de points communs avec l’Algérie que c’en est parfois troublant.

  • La colonisation a eu lieu dans les mêmes années qu’en Algérie.
  • Même problématique de racines, des colons qui vivent sur la terre depuis plusieurs générations.
  • Même dualité de points de vue . Il n’y a qu’à regarder le film “l’ordre et la morale” , décrié paraît il également par les partis des deux populations protagonistes, pour s’en rendre compte.

Certes, il y a quelques différences :

Un rapport de populations de 9 à 1 en Algérie entre les “indigènes” et les colons, alors que la population de la Nouvelle Calédonie est un 3/3:

  • un tiers de Kanaks, peuples qui se sont vu spolier leurs meilleures terres par le gouvernement Français , qui les a donnés  …
  • au second tiers de Calédoniens , ou Caldoches, dont dans leur majorité les ancêtres n’ont pas demandé à venir ici, bagnards déportés “à perpète”, rejetés de la France qui ne voulait plus d’eux … et n’ont donc pas de “mère Patrie” où retourner.
  • Et un troisième tiers de métros NC… dont une partie n’aura probablement pas voix au référendum de 2018.

Et chaque tiers a sa culture ….

Bon, source d’optimisme: dans toute cette diversité, il y a le même fonds de religion Chrétienne pour tous. Si ça peut pousser au dialogue…

Et pour compléter la réflexion, migrations ou colonisation ? Encore une réflexion au goût du jour …

Post rédigé en 2015, retrouvé au fond du panier a brouillons…en écho aux récents « crimes contre l’humanité« ..