Une étoile nous est née

Je vous assure ! Je les ai toutes comptées ! Il y a une étoile de plus dans le ciel !
Ne l’aviez-vous pas remarqué ?

Les cieux semblent déjà un peu plus lumineux depuis que notre grand-père, Papito, y a rejoint Bonne-Maman. Gentleman, il l’avait envoyée, fonceuse, en éclaireur*, et, n’y tenant plus, a choisi de la rejoindre au plus vite.

Mais la vie d’étoile, Papito, il connait déjà.

L’étoile, c’est avant tout celle qui guide. À l’image de Papito, qui a su guider la tribu d’été en été, de Noël en Noël, de WE en WE en patriarche. A Peisey, Certines, Caluire ou l’île de Ré, il nous rassemble. Il n’est pas le chef, il est la sagesse que nous suivons.

L’étoile éclaire indistinctement. Elle se préoccupe de la lumière de chacun, qu’il soit grand, qu’il soit petit, qu’il soit mesquin, grognon ou taquin. Et Papito a toujours eu à cœur de faire grandir chacun d’entre nous, à sa mesure, avec bienveillance, équité et universalité. À nous faire prendre de la hauteur en somme… quoi de plus naturel pour une étoile ?

Notre étoile est brillante ! Homme de culture, sans être homme d’apparat, voilà notre Papito. Ce n’est pas lui qui expose. Il s’intéresse à l’autre. Il questionne, il provoque. Il use pour cela de ruses pour faire parler : “Non mais vous comprenez, dit-il, moi je suis dans la moyenne des gens, au milieu de la gaussienne, alors il faut m’expliquer simplement”. Il est celui qui anime chacun de nos repas par ses questions et son humour.

Notre étoile a de l’humour. Papito aime à user de jeux de mots, appelant par exemple une excellente cuisinière la “reine des tartes”.

Notre étoile Papito, est donc toujours là ! Il continue à guider ceux qui l’ont connu, il continue à nous attirer vers le haut, il reste un point de repère dans nos vies. Repère de valeur, de culture, d’humour, de courage, et bien sûr, de fidélité indéfectible.

On n’en doute pas, les anges là haut, en plus de se marrer avec Bonne-Maman*, sont maintenant déjà en train de se faire cuisiner !

Je le vois, zélé, l’œil riant, et le sourcil ébouriffé, en discussion animée avec un barbu ailé : “j’ai appris dans le poste que vous aviez la recette de l’éternité, peut-être pourriez-vous me la donner ?”… Il y a des anges qui vont cogiter.

Il y a des hommes dont on fait des statues, Papito est de ceux dont on fait un exemple. Et nous l’aurions bien auréolé… il manque une entrée à Saint Papito dans le calendrier.

Nous gardons de lui un sourire en coin, à l’affut du bon mot, l’œil bienveillant recouvert d’un sourcil broussailleux  et le verbe érudit noyé d’humilité.

Sans doute saluerait-il tout bas cet adieu, et déjà, nous adresse de l’au-delà un déluge de bonté.

Adieu, allez gaiement. Donnez-nous de savoir vous ressembler.

À toujours, vous brillez, dans nos cœurs et nos pensées.

16/02/2018 – Église Saint Clair – Caluire

Merci, B, de cet hommage.

Jclaret3

 

* pour ceux qui ont raté le départ de l’éclaireuse …

Publicités

Oraison funèbre avant l’heure. Chouette!

Le linceul  n’a pas de poches, paraît-il. Alors, à défaut d’emporter quoi que cela dans l’au delà, j’aimerais bien savoir ce que je vais laisser comme trace ici bas .

Ces derniers jours, on m’a donné l’énorme chance d’en avoir une image . Un avant goût . Un peu comme écouter mon oraison funèbre de mon vivant.

chat bonsai

L’Amour de ma vie au eu la délicatesse d’organiser non pas un , mais deux anniversaires surprise. Pour lesquels famille et amis m’ont tous concoctés non pas une mais deux séries de discours, sketches, et autres petits mots gentils ou grinçants. A les écouter et relire, ça ressemble finalement beaucoup à ce qui se dira lors de mon oraison funèbre. Ils ont mentionné ce qui les a marqués, en bien mais aussi en mal , chez moi. Ce qu’ils retiendront de moi.

Pas de surprise, pas un mot sur ce qui a mobilisé le plus fort de mes énergies et de mon temps, mon travail. Je sais bien que tout ce qui fait ma fierté et me donne mon statut sera oublié dès le lendemain de mon départ en retraite. On le sait, mais ce petit rappel n’est pas inutile ni sans effet.

Mais pour tout le reste, ce cadeau mérite analyse et examen . J’ai encore le temps de corriger quelques petites choses ….. J’espère.

Alors, si vous aussi vous avez cette chance d’avoir un jour un anniversaire fêté par des amis, lisez entre les lignes de leurs petits discours, ou de leurs petits mots  si, par hasard, comme cela a été mon cas, on demande à chaque invité de mentionner une chose, un mot, un geste, qui, pour eux, caractérise le mieux le récipiendaire.

 

*Merci Geluck pour l’illustration . Les initiés feront peut être le rapport avec le post. Ou pas …