Des cigognes et des chemins de vie

Il est des cigognes qui ne choisissent pas les meilleurs terrains d’atterrissage. Mais l’espoir est toujours possible. T nous raconte .

 

Je m’appelle T, j’ai 24 ans. Je suis née à Rennes. J’ai une sœur jumelle.

A l’âge de 5 ans, mes parents, qui ne s’entendaient plus, se séparèrent. Je vois ma mère partir. Je reste vivre avec mon père, ma sœur et les copains de mon père qui passaient souvent à la maison faire des fêtes alcoolisées. Mon père buvait beaucoup. Le soir, après le boulot, il partait boire au bar. Quand il rentrait trop défoncé, nous étions stressées parce qu’il pouvait être parfois violent en paroles et en actes. Le lendemain il ne se souvenait plus de rien.

Il nous aimait beaucoup et faisait ce qu’il pouvait pour nous élever. Nous devions nous occuper de la maison, faire la cuisine, le ménage, s’occuper de nos chiens. Peu à peu nous apprenions à faire tout cela.

A 7 ans, nous savions tenir une maison en ordre.

A 10 ans, nous déménageons chez notre tante en attendant de trouver un autre logement, puis chez un copain de mon père. Nous dormions dans une caravane, enveloppés dans plusieurs couvertures. Tous les matins, avant de partir à l’école en vélo, nous nous lavions à un robinet d’eau froide sur le terrain. Notre vie n’était pas des plus saines. Cette période de notre enfance n’était remplie que de soirées alcoolisées avec des personnes droguées, bourrées.

Deux ans et demi après nous avons déménagé dans une maison, enfin. Ce fut un bonheur pour ma sœur et moi de retrouver un lit douillet, une baignoire et le luxe de l’eau chaude. Et puis nous prenions le bus pour aller à l’école ! la classe ! Les mois passèrent, mon père avait trouvé un bar dans la village où il rejoignait tous les soirs des potes à lui qui venaient ensuite finir leur apéro à la maison.

Peu à peu ma sœur et moi avons suivi le même chemin, le monde de la fête et des soirées alcoolisées.

Vers l’âge de 13-14 ans nous avons commencé à aller en boîte avec des potes à mon père.

Un jour, vers l’âge de 15 ans, en soirée, j’ai rencontré un gars de 24 ans, nous sommes tombés amoureux. Je faisais des études d’hôtellerie, lui travaillait. Nous nous sommes mis à habiter ensemble. Quelque temps après, il est devenu possessif et jaloux, au point qu’il ne voulait plus aller travailler pour me surveiller. Puis il continua à me séquestrer, et à faire des crises paranoïaques. Je ne dormais plus. Nous nous battions souvent. La situation s’aggravait. J’ai voulu le quitter plusieurs fois mais il me harcelait et me retrouvait. Il me promettait de changer, je le croyais. Mais c’était toujours pareil. J’étais dans ses crochets. J’ai fini par arrêter mes études un mois avant les examens. On s’est retrouvés à la rue. Il buvait beaucoup. Et moi aussi pour oublier son harcèlement. J’essayais parfois de fuir mais je ne savais pas où me réfugier. Alors je souffrais en silence tout en me battant avec lui. Jusqu’au jour où la police l’a envoyé en prison. Je le quittais alors. Notre relation destructrice aura duré 5 ans.

Après cette relation douloureuse, je suis allée vivre dans un foyer pour femmes battues. Mais je me suis fait virer au bout de trois mois parce que je partais dormir ailleurs la nuit. Après j’ai rejoint ma sœur qui trainait dans la zone de la rue. Elle me présenta aux SDF.

Nous avions 20 ans et étions perdues. Puis j’ai rencontré un autre homme. Nous picolions ensemble toute la journée et dormions en squat ou sous la tente la nuit. Nous faisions la manche la journée. Un jour, après une dispute ensemble, on s’est séparés quelques jours. Quand je suis revenue, on m’a annoncé qu’il était mort d’une overdose. Etait-ce de ma faute ? Il fallait que je vive avec ça. J’étais affaiblie et perdue. Alors un jour j’ai pris mon sac à dos, mes chiens, et j’ai pris le premier train qui arrivait. J’ai visité plein de villes en faisant la manche. Je dormais dans les halls d’immeubles.

En septembre 2016 je suis arrivée à Grenoble. Pendant 1 an j’ai dormi sous la tente dans des bois autour de la ville et j’ai vécu dans la rue à boire et à faire la manche. En juin 2017, on me présente C D. De suite, elle m’emmena dans une sortie, puis en vacances loin de la ville. Je découvrais une autre ambiance paisible et joyeuse sans alcool. Avant je n’aimais pas la vie et je me demandais ce que je foutais sur terre. Aujourd’hui, avec l’association Grain de Sel ma vie a pris un sens. En octobre 2017, C me proposa d’habiter au grain de sel. Maintenant, ça fait un an et demi que je commence une nouvelle vie, en sécurité, avec des projets. J’ai découvert la foi chrétienne qui m’aide beaucoup chaque jour. J’ai remarqué que Dieu veille sur moi

En mai 2018, on m’apprend que ma sœur jumelle a eu moins de chance que moi et a été retrouvée tuée, dans une cave. Ce fut un choc ! Sans la foi, je me serais suicidée. Mais je la sais heureuse maintenant, et en paix.

Maintenant ma vie va pour le mieux. J’ai signé un contrat dans une école en tant que surveillante polyvalente. J’ai renoué avec mes parents. Je prends soin de moi. Je me suis inscrite au sport et je vais être baptisée à Pâques. J’essaie de vivre ma vie au maximum pour ma sœur Manon. Je vais bien et je suis heureuse …

 

Témoignage donné lors de l’ AG de l’association « Le grain de sel hors les murs » 2018. Merci à tous ceux qui la soutiennent .

Protéger l’ADN du pauvre. Sous les huées ?

L’autre soir, conférence organisée par Alliance Vita sur divers sujets bioéthiques : mécanismes précis de PMA, GPA, à deux parents, à trois parents, un petit approfondissement, le cadre juridique national et international.

Il est de plus en plus clair que toute évolution législative sur ces sujets imbrique étroitement émotionnel, technologique, et sociétal.

Souhaiter laisser trace de son ADN dans une descendance, quoi de plus compréhensible ?

Être prêt pour cela à consacrer une part non négligeable de son temps se comprend.

Une part non négligeable de son argent, bien sûr aussi. Là, on passe une frontière, on entre dans le domaine du business. Qui n’est pas naturellement régulé. Quelles limites au business ?

Quels contre pouvoirs ? Les gilets jaunes en réclament à cor et à cri, eux qui savent bien que le business mène presque toujours à l’abus du faible par le fort, à l’exploitation du pauvre par le riche.

Ce n’est pas le business qui fera la promotion des techniques de PMA écolo accessibles à tous qui pointent le nez dans une indifférence assez générale.

Que de choses à savoir, que de considérations à intégrer avant de se forger une opinion !

Ce cycle de conférences est bien sûr orienté, et ne s’en cache pas. Mais il a le mérite d’exister, d’être accessible.

Alors pourquoi mes amis du PCF et de la CGT organisent-ils un barrage bruyant, comme ils savent le faire*, à l’entrée de cette conférence ? Pourquoi les manifestants, dont certains ont trouvé le carburant nécessaire pour se réchauffer les boyaux, couvrent-ils de lazzi ceux qui entrent et sortent ? Sans doute pour faire corps . Pour se retrouver ensemble. Et quoi de plus facile que de se mobiliser contre quelque chose, contre un corpus que l’on diabolise a priori pour mieux le brûler.

Un couple stérile nous dit , lors de son témoignage de vie en espérance d’enfant :

“La richesse d’une vie, c’est l’amour, avec son conjoint, avec ceux qui nous entourent”.

C’est vrai. A défaut de conjoint, dont on est si souvent séparé, à défaut d’entourage qui est si souvent réduit à peau de chagrin par le travail, la voiture, la télé, l’indifférence, se regrouper “contre” permet au moins de passer une soirée en groupe. Cela suffit il pour assurer la richesse d’une vie ?

Perso, j’ai plutôt choisi des engagements  “pour”. Quitte à entrer dans les salles sous les huées.

Parfois moins facile, mais je suis sûr toujours plus gratifiant.

 

* plus de bruit que de cerveaux

 

Les 4000 parapluies de Fatima

Éparpillés sur le parvis, nuée de papillons colorés, chacun abrite un couple. Pourtant le ciel est clément.

Cela fait bientôt une semaine que cette foule bigarrée et polyglotte hante les lieux. Se recueille dans la basilique toute neuve. Se retrouve bruyamment, de drapeau en maillot. S’abreuve de méditations , s’émeut de témoignages. Forts.

80 pays. 9000 personnes. Quel brouhaha puissant quand tous récitent le « notre père », chacun dans sa langue.La langue qui force chacun a aller vite a l’essentiel. Quelle profondeur dans ces réflexions en petits groupes, ou d’aucuns traduisent le brésilien, d’autres le polonais, l’espagnol et le français dans un anglais devenu lingua franca.

Admiration de cette équipe Syrienne, éparpillée suite a la guerre de par le monde, qui se retrouve derrière ce drapeau qu’ils chérissent.

Sous chaque parapluie, donc, un couple de chercheurs de Dieu. Qui se disent merci, pardon, s’il te plait. Ces fondamentaux du management dont j’avais dit à certains qu’ils étaient valables pour le couple*. Ils renforcent leur couple, leur famille, leur projet. Plus tard ils se rediront leur promesse de mariage.

Qu’il fait du bien ce ressourcement.

Qu’elles sont fortes les amitiés créées. Qu’elle était belle, cette fête ou les prêtres Portoricain et Polonais dansent sur la clarinette Brésilienne . Tous repartent avec la certitude que cette séparation n’est qu’un au revoir. Sur cette terre, peut être. Dans l’éternité, certainement.

Difficile de résumer en quelques mots les apports de cette semaine. Au delà de la relation humaine, qui vaut plus que tout, quelques fioretti:

  • « Nous n’avons pas dans nos mains la solution aux problèmes du monde. Face aux problèmes du monde, nous avons nos mains, et Dieu regardera nos mains.« 
  • « Le plus grand danger de notre humanité est aujourd’hui l’absence de cœur.« 
  • « La joie n’est pas une émotion mais un devoir du quotidien. Quand une famille, un couple, une société oublient la fête, ils tombent malade.« 
  • Pour terminer sur ce mot du cardinal de Mossoul, qui pardonne a Daech : « parce que nous sommes disciples du Christ, que ne pas pardonner ne résout rien. Et je ne pourrais pas vivre le reste de ma vie avec cette souffrance de ne pas avoir pardonné.« 

 

* fondamentaux du management ?
** L ‘ensemble des interventions de la semaine, avec une reco spéciale pour la conférence de l’archevêque de Mossoul (jeudi 19) , le témoignage de cette famille argentine, et le mot du cardinal Tuckson sur l’écologie humaine (mercredi 18).
*** Et si ce mouvement de spiritualité conjugale vous interpelle, le site Francais des Équipes Notre Dame

Soixante dixième miracle à Lourdes

Il est reconnu . Par l’église, bien sûr. Qui d’autre ? De cette guérison totale, soudaine, inexplicable, que dire ? Les croyants parlent de miracle. Les autres y trouveront une bonne source d’optimisme : la nature humaine n’est pas encore bien connue, il y a des potentialités énormes de guérison à découvrir. Et que continue la recherche! Les “miraculés” ne s’y opposent pas, au contraire . « A Lourdes, la science et la foi ne s’opposent pas. Elles travaillent dans un mutuel respect à la recherche de la vérité » dit le bureau médical.

Dommage que ça ne soit pas plus souvent le cas . Qu’un certain dogme, ostracisme, empêche tous de bénéficier du “meilleur des mondes”.

Combien de fois nos propositions de parcours couples*, ou de discernement sur l’engagement**, qui font tant de bien, ont été repoussées car “catho”. Pourtant, elles contribuent juste à faire grandir l’amour.

Pour tous. Les participants athées en attestent. Mais que de freins dans les a priori, induits par une caricature si imbue d’elle même qu’elle prétend être la vérité.

Nous travaillons pour faire grandir l’amour. Partout. C’est tout.

Ça gène vraiment que je le fasse en croyant que Dieu est amour ?

 

* les briques de société

**vie en couple, engagement, et autres..

Une étoile nous est née

Je vous assure ! Je les ai toutes comptées ! Il y a une étoile de plus dans le ciel !
Ne l’aviez-vous pas remarqué ?

Les cieux semblent déjà un peu plus lumineux depuis que notre grand-père, Papito, y a rejoint Bonne-Maman. Gentleman, il l’avait envoyée, fonceuse, en éclaireur*, et, n’y tenant plus, a choisi de la rejoindre au plus vite.

Mais la vie d’étoile, Papito, il connait déjà.

L’étoile, c’est avant tout celle qui guide. À l’image de Papito, qui a su guider la tribu d’été en été, de Noël en Noël, de WE en WE en patriarche. A Peisey, Certines, Caluire ou l’île de Ré, il nous rassemble. Il n’est pas le chef, il est la sagesse que nous suivons.

L’étoile éclaire indistinctement. Elle se préoccupe de la lumière de chacun, qu’il soit grand, qu’il soit petit, qu’il soit mesquin, grognon ou taquin. Et Papito a toujours eu à cœur de faire grandir chacun d’entre nous, à sa mesure, avec bienveillance, équité et universalité. À nous faire prendre de la hauteur en somme… quoi de plus naturel pour une étoile ?

Notre étoile est brillante ! Homme de culture, sans être homme d’apparat, voilà notre Papito. Ce n’est pas lui qui expose. Il s’intéresse à l’autre. Il questionne, il provoque. Il use pour cela de ruses pour faire parler : “Non mais vous comprenez, dit-il, moi je suis dans la moyenne des gens, au milieu de la gaussienne, alors il faut m’expliquer simplement”. Il est celui qui anime chacun de nos repas par ses questions et son humour.

Notre étoile a de l’humour. Papito aime à user de jeux de mots, appelant par exemple une excellente cuisinière la “reine des tartes”.

Notre étoile Papito, est donc toujours là ! Il continue à guider ceux qui l’ont connu, il continue à nous attirer vers le haut, il reste un point de repère dans nos vies. Repère de valeur, de culture, d’humour, de courage, et bien sûr, de fidélité indéfectible.

On n’en doute pas, les anges là haut, en plus de se marrer avec Bonne-Maman*, sont maintenant déjà en train de se faire cuisiner !

Je le vois, zélé, l’œil riant, et le sourcil ébouriffé, en discussion animée avec un barbu ailé : “j’ai appris dans le poste que vous aviez la recette de l’éternité, peut-être pourriez-vous me la donner ?”… Il y a des anges qui vont cogiter.

Il y a des hommes dont on fait des statues, Papito est de ceux dont on fait un exemple. Et nous l’aurions bien auréolé… il manque une entrée à Saint Papito dans le calendrier.

Nous gardons de lui un sourire en coin, à l’affut du bon mot, l’œil bienveillant recouvert d’un sourcil broussailleux  et le verbe érudit noyé d’humilité.

Sans doute saluerait-il tout bas cet adieu, et déjà, nous adresse de l’au-delà un déluge de bonté.

Adieu, allez gaiement. Donnez-nous de savoir vous ressembler.

À toujours, vous brillez, dans nos cœurs et nos pensées.

16/02/2018 – Église Saint Clair – Caluire

Merci, B, de cet hommage.

Jclaret3

 

* pour ceux qui ont raté le départ de l’éclaireuse …

L’amour ne vieillit pas

Viens te mettre à côté de moi sur le banc devant la maison, femme.
C’est bien ton droit; il va y avoir quarante ans qu’on est ensemble.
Ce soir, et puisqu’il fait beau, et c’est aussi le soir de notre vie:
tu as bien mérité, vois-tu un petit moment de repos.
Voilà, les enfants à cette heure sont casés, ils s’en sont allés par le vaste monde et, de nouveau, on n’est rien que tous les deux comme on a commencé.

Femme, tu te souviens? On n’avait rien pour commencer, tout était à faire.
Et on s’y est mis, mais c’est dur. Il faut du courage, de la persévérance.
Il faut de l’amour et l’amour n’est pas ce qu’on croit quand on commence.
Ce n’est pas seulement ces baisers qu’on échange, ces petits mots qu’on se glisse à l’oreille, ou bien se tenir serrés l’un contre l’autre ;
Le temps de la vie est long, le jour des noces n’est qu’un jour.
C’est ensuite, tu te rappelles, c’est seulement ensuite qu’a commencé la vie .
Il faut faire, c’est défait; il faut refaire, et c’est encore défait.

Les enfants viennent, il faut les nourrir, les habiller, les élever: ça n’en finit plus; il arrive aussi qu’ils soient malades; tu étais debout toute la nuit; moi, je travaillais du matin au soir.
Il y a des fois qu’on désespère; et les années se suivent . Et on n’avance pas. Il semble qu’on revient en arrière.

Tu te souviens, femme, ou quoi ?
Tous ces soucis, tous ces tracas: seulement tu as été là. On est restés fidèles l’un à l’autre. Et ainsi j’ai pu m’appuyer sur toi, et toi tu t’appuyais sur moi.
On a eu de la chance d’être ensemble, on s’est mis tous les deux à la tâche, on a duré, on a tenu le coup.

Le vrai amour n’est pas ce qu’on croit. Le vrai amour n’est pas d’un jour mais de toujours. C’est de s’aider, de se comprendre.
Et, peu à peu, on voit que tout s’arrange. Les enfants sont devenus grands.
Ils ont bien tourné. On leur avait donné l’exemple. On a consolidé les assises de la maison. Que toutes les maisons du pays soient solides, et le pays sera solide, lui aussi.

C’est pourquoi, mets-toi à côté de moi et puis regarde. Car c’est le temps de la récolte et le temps des engrangements.
Quand il fait rose comme ce soir. Et une poussière rose monte partout entre les arbres.
Mets-toi tout contre moi on ne parlera pas. On a plus besoin de rien se dire. On n’a besoin que d’être ensemble encore une fois, et de laisser venir la nuit dans le contentement de la tâche accomplie.

Charles-Ferdinand Ramuz

 

Un texte qu’on avait « en stock » depuis quelques années, et qu’on n’a pas eu l’occasion de sortir dans l’une ou l’autre de nos célébrations récentes. Alors, pour tourner cette page des quarantaines, le voilà. Il décrit si bien l’amour d’un couple. C’est vrai qu’il est un brin nostalgique, heureusement que le chat est là … merci Geluck!

 

Il y a des anges qui vont se marrer !

Il y a des anges qui vont se marrer. Bonne-Maman les a rejoints ; ils n’en ressortiront pas indemnes. De nos yeux de petits-enfants n’ayant connu Bonne-Maman qu’après son accident, nous l’imaginons sans problème. Sa vie a été rocambolesque ici bas, ce n’est pas le ciel qui l’arrêtera… d’ailleurs, j’en suis sûr, c’est en fusée qu’elle y est montée !

Saint-Pierre le premier, a dû être bousculé. Avec un large sourire elle a dû l’aborder : “voilà quelqu’un j’aime bien, qui a une bonne tête”. Puis faisant une grimace dont elle a le secret, elle est passée en annonçant : “en 40 ans j’ai bien changé, et cette fois ci je veux entrer” !

Il y a des anges qui vont se marrer.

Ils sont probablement déjà en train d’enfiler des vieilles chaussettes sur des skis de randonnée pour conquérir les étendues blanches des nuages. Ce sont de vieilles légendes peiserottes qui nous ont raconté qu’on lui devait ça. Elle a d’autres inventions à son actif ; il y a probablement un ange ou deux qui a dû apprendre la version revisitée de la réussite, celle où l’on gagne à tous les coups. Ma grand-mère est une gagnante, une combattante !

L’ange de Raymond Devos aura certainement du grain à moudre là-haut, car la mélodie délicieuse des méli-mélo de mots, je le dis pêle-mêle et à demi, c’est bien la marotte de Bonne Maman. Les mots mêlés mes amis, c’est merveilleux et je vous le mets dans le mille qu’elle en deviendra la Mère Veilleuse.

Il y a des anges qui vont se marrer.

Se marrer, elle aime bien ça, avec une bouteille de rouge, l’eau, ça fait rouiller ; et elle le fera remarquer avec fougue et en tirant la langue si son verre est délaissé.

Délaissée, on ne peut pas dire qu’elle l’ai été. Bonne-Maman a toujours été si bien accompagnée par notre Saint Papito.

Papito, si votre peine doit être grande, soyez en Paix, je vous le souhaite, votre exemplarité inspire toute l’assemblée ici présente. Et puis, après toutes ces années à veiller sur elle, je suis sûr qu’elle veillera désormais sur vous et peut être le soir vous glissera-t-elle à l’oreille : « fais de beaux rêves, Jean, rêves à Jackie ».

Simone de Beauvoir disait que “la mort semble moins terrible lorsqu’on est fatigué”. Bonne-Maman aspirait au repos depuis quelques années, et la voilà auprès du bon Dieu un bouquet de fleurs sauvages cueillies sur le chemin de Notre Dames des Vernettes* à la main. Et malgré ses mots pris dans une toile de phrases confuses, je l’entends nous rappeler l’essentiel : “Le plus important, c’est qu’on s’entende bien… et qu’on rigole un bon coup, parce qu’il vaut mieux en rire qu’en pleurer »!

Bref, il y a des anges qui doivent se marrer, (et je les entends nous inviter à en faire de même).

Merci B de ce témoignage d’amour et d’espérance dans ce discours prononcé lors de cette messe de funérailles si émouvante. Oui, l’espérance et l’humour étaient là, plus forts que la tristesse.

Merci N pour la photo..

* Encore et toujours ces Vernettes

Au lieu de croire en tes doutes, et de douter de ta foi…

Eric Emmanuel Schmitt présente une vision qui me séduit beaucoup, dans son “Evangile selon Pilate*”. Un Christ complétementhumain, qui doute de sa propre déité, découvre peu à peu son particularisme, et fait finalement un pari à la Blaise Pascal**.

Et un Pilate complètement rationnel, logique, cohérent … qui devient à l’insu de son plein gré le premier chrétien.

En troisième partie, il revient sur sa conversion violente, sur sa foi décomplexée, sans nier pour autant ses réserves par rapport à certains  textes canoniques.

Bref, une belle mise en pratique de la devise de Pierre Goursat *** :

Au lieu de croire en tes doutes, et de douter de ta foi : crois en ta foi, doute des tes doutes…

Un livre plus tout neuf, mais qui mérite d’être découvert, ou redécouvert, de lecture facile et agréable sur le sable de la plage.

http://ploufsurterre.canalblog.com/archives/2015/12/02/33011539.html

* pour feuilleter quelques pages .

** sur le pari de Blaise

*** à qui je dois d’avoir, cet été encore, pu profiter d’un superbe élan.

**** dans la même cuvée des expériences spirituelles fortes.

Faire briller les yeux

Pour les enfants, c’est facile. Et quelle joie de voir ces yeux pétiller dans l’attente d’un cornet de glace!

Pour les personnes âgées il suffit d’une poignée de mains et d’un regard prolongé.

Quelle joie de faire le tour des fauteuils, dans cette salle ou la messe télévisée est projetée, en transmettant la paix. De voir ces yeux fatigués se rallumer les uns après les autres.

Une autre joie est de soigner leurs yeux en dégustant avec elles une tarte aux myrtilles*, mais là on tombe dans un autre registre.

Oui, la joie est faite de toutes petites choses. Et, rappel**, il y a 7 ans à gagner… en se sentant bien***

 

Myrtilles et vision ???

** 7 ans pour un carnet de kifs bien rempli..

*** on est bien…

Les filles, au boulot!!

Le contexte économique étant ce qu’il est, j’ai enfin pris une décision sur l’utilisation de mon peso* : je l’ai troqué contre 50 000 travailleuses.

Certes, le raccourci est un peu rapide, il y a eu un peu de médiation financière. Mais il n’en est pas moins vrai qu’une ruche et sa colonie valent exactement un napoléon. On change de poésie, on passe d’un risque de vol à celui de se faire piquer, et ce qui était matière inerte et inaltérable est devenu un monde si délicat..

Mais c’est cohérent avec l’investissement en bétail**, vin ou forêt, et l’impact économique est indéniable: la France importe la majorité de sa consommation de miel***. Alors une fois de plus le nationalisme a repris le dessus, ça occupera mes vacances françaises****…

 

*  si l’histoire de mon peso vous intrigue..

** et si vous vous sentez une âme d’investisseur bovin

*** l’économie du miel, et plus , c’est par là…

**** vous avez dit patriotisme touristique ?

Sous traiter la fraternité?

La liberté, c’est clair, dépend de notre gouvernement. On veillera juste à ce qu’il ne se prenne pas trop les pieds dans le tapis de l’état d’urgence, et qu’il saura faire juste usage du fichier monstre, j’ai nommé TES*.

L’égalité , ou du moins l’instauration des conditions d’égalité, reste le souci des mêmes. Bon, certains sont et seront plus égaux que d’autres, et l’évolution de la situation est controversée**, mais il y a du monde sur ce coup là.

On n’en dira pas autant de la fraternité. Elle ne se décrète pas. Elle est bien mise à mal par le communautarisme grandissant. Oh, il y a bien des circonstances plus favorables que d’autres***, mais cela ne reste pas évident de se sentir frère de la pouffe qui se gare systématiquement devant mon portail de garage sous prétexte qu’elle ne trouve pas de place ailleurs…

Alors je suis tombé en arrêt quand j’ai vu l’affiche du denier. Mais bon sang, mais c’est bien sûr! Juste un chèque, et hop, la fraternité progresse. Et en plus c’est déductible à 66%. Pratique, non ?

*  Vous avez dit TES ? Rapide présentation du monstre.

**  Alors, l’inégalité progresse-t-elle ou pas ? Ça dépend des points de vue.

*** Mais oui, il y a des circonstances plus favorables que d’autres.

 

Push pull

Le montage cœur de l’ampli hi-fi de mes jeunes années d’électronicien. Deux transistors musclés en étage de sortie, qui entraînent alternativement vers le haut et vers le bas la tension appliquée au haut parleur. Et quand l’un tire, l’autre pousse, un peu comme les ressorts d’un trampoline qui contribuent en chœur à la beauté de la figure.

Ils m’ont aussi remémoré les bidouilles peu orthodoxes, a base de self et de condensateurs, visant à propulser plus haut et plus fort le trampoline.main_couple_book

Même âgés, la self avec quelques spires jointives, et le condensateur un peu fuyard, leur couple m’a remémoré le push pull. Un qui pousse et l’autre qui tire. En chœur. Et on alterne.

II a été le roi de la carte perforée et m’a tout appris du fortran. Maintenant son doigt n’a plus la précision exigée par l’écran tactile.

Elle a consacré sa vie aux enfants, à la maison, à la prière. Maintenant elle prend le relais techno. Non, l’écran du kindle ne se pince pas comme celui d’un ipad. Oui, en allant sur la maison, puis la bibliothèque, tu peux choisir puis ouvrir son livre sur la liseuse, assez légère pour tenir longtemps dans ses mains.

Soixante cinq ans de vie de couple, et le push pull fonctionne encore, l’un qui pousse et l’autre qui tire . En alternance.

Merci de ce modèle, mes parents.

Back to basics

etoilecroixcoeurLa musique aléatoire rythme ma promenade. Et vient l’étoile des neiges.

Une promesse de retour, tenue, une croix en gage, une fidélité sans faille dans l’attente. Et si c’était simplement cela le bonheur que l’on cherche désespérément ?

Mais c’est dans un coin perdu de montagne . Impossible dans nos villes? Allez, pour la Saint Valentin, on y croit …

Et puis si on a besoin d’aide, il n’y a qu’à faire comme au Mali

 

Retrouver le sens du politique

Un petit livre de 90 pages … mais écrit par des curés, donc forcément a priori rébarbatif :-))

Alors je vous en fais un résumé rapide, juste pour vous donner un peu envie. Pas un résumé, un extrait . Une phrase par chapitre… choix difficile car il ne peut bien sûr refléter toute la finesse du verbe.

Ça commence par le titre, que j’ai coupé en deux.dans-un-monde-qui-change

Retrouver le politique
…l’absence de projet ou de vision à long terme,des comportements partisans et démagogiques… sont injustifiables et sont devenus insupportables…

Une société en tension
…La contestation est devenue le mode de fonctionnement habituel, et la culture de l’affrontement semble prendre le pas sur celle du dialogue…

Ambivalence et paradoxes
…Il y a donc un équilibre à trouver entre une sécurité maximale illusoire, et une protection des libertés qui est fondamentale…

Un contrat social à repenser
…Dans une société ou l’individu et non le collectif est devenu la référence,il y a un sentiment de déception vis à vis de l’état providence qui n’arrive pas à satisfaire les attentes….

Différence culturelle et intégration.
…Il convient donc pour l’avenir de notre société de redéfinir ce que c’est d’être citoyen français, ety de promouvoir une manière d’être ensemble qui fasse sens….

L’éducation face à des identités fragiles
…plus que d’armure, c’est de charpente que nos contemporains ont besoin pour vivre dans le monde d’aujourd’hui…

La question du sens
…la politique s’est faite davantage pourvoyeuse de droits individuels et personnels de plus en plus étendus, que de projets collectifs …. Il faut consentir à inscrire son action dans le temps long.

Une crise de la parole.
..nous savons que c’est la confiance dans la parole donnée qui permet que s’élabore une vie en société…dire clairement ce qui semble bon pour la vie en commun est une responsabilité de chacun.

Pour une juste compréhension de la laïcité.
..la laïcité de l’état est un cadre juridique qui doit permettre à tous,croyants de toutes religions et non-croyants, de vivre ensemble..

Un pays en attente, riche de tant de possibilités.
..Notre pays est généreux, mais il est en attente … les enjeux écologiques et environnementaux sont en train de transformer en profondeur sont en train de transformer nos conceptions de la vie en société et nous tournent vers des attitudes de simplicité, de sobriété et de partage…

Conclusion.
..chacun, à son niveau, est responsable de la vie et de l’avenir de notre société. Cela demandera toujours courage et audace. des qualités qui n’ont jamais déserté le cœur de notre pays.

Et pour la post conclusion, qui s’intitule “2017, année électorale-quelques éléments de réflexions” , je ne l’ai trouvé que dans l’édition papier …Si vous m’avez lu jusqu’ici, vous avez déjà fait une bonne partie du chemin !!!

 

Le texte intégral en pdf

Et pour ceux qui sont des visuels   

Je donne plus que je ne reçois pour éviter l’incompétence.

En cette période de tournage de page*, je reçois de multiples messages, tels une oraison funèbre avant l’heure, de remerciement : merci pour tout ce que tu m’as donné…
Pourtant, quand je suis arrivé j’étais nu et avec une programmation initiale assez limitée.
Tout ce que j’ai pu donner, je l’ai reçu , à un moment ou à un autre.
Alors, maintenant, c’est chacun son tour .
Organisez vous pour donner, sans compter, vous recevrez encore plus d’ailleurs. Ça vous fera progresser.

Oh, bien sur, il y en a qui se contentent de recevoir, de prendre et qui donnent assez peu en retour. Comment les reconnaître, ceux là ? Facile, ils progressent et arrivent plus vite que les autres à leur niveau de Peter.

Bon, le niveau de Peter, vous connaissez  bien sûr . La théorie part du principe que l’on promeut les individus selon leur performance, et qu’on ne démeut jamais. Donc chacun arrive un jour ou l’autre à la promotion de trop, celle ou il est arrivé au niveau où il est incompétent ….
Et s’il est arrivé là sans jamais rien donner, il ne reçoit plus rien et sa compétence stagne.  Et on le voit scotché là.

suffrage-au-sortLa théorie suivante , moins connue, est bien plus intéressante . Pour éviter cette incompétence quasi généralisée, pratiquons donc la promotion au hasard. Les rares entreprises qui pratiquent la promotion au hasard sont finalement plus performantes que les autres, car il y a à chaque poste un peu élevé des gens arrivés par hasard, donc pas FORCÉMENT incompétents.
Ça me fait penser au gouvernement tiré au sort, cette histoire**.

Revenons à nos moutons . Donnons, donnons aveuglément…même si nous sommes haut placés. On reçoit en retour, et ça nous évite de rester scotché à notre niveau de Peter*** Ça nous enrichira. Car la promotion au hasard mettra, j’en ai peur, un peu de temps avant de se généraliser.

 

* le texte intégral du tournage de page

** Vraiment tiré au sort ?

*** Lady Gaga est un gourou, dans son genre

Va ! Rends les autres heureux et tu connaîtras la joie !

IMG_20161119_124455« Go ! and make  others happy ! » – va et rends les autres heureux .

C’est le « motto », la devise de Fidesco. Et on a vite fait de l’oublier !

On nous envoie pour une mission particulière. En arrivant, on peut se dire : je suis venu pour développer cela, je dois fournir des résultats. Des résultats pour qui ? pour Fidesco, pour le partenaire, ou pour mon orgueil personnel ?

Les premiers mois ont été un combat pour nous. Vouloir que les choses avancent. Que les jeunes apprennent vite, que telle ou telle chose change, pour montrer de quoi on était capable. Qu’on « servait à quelque chose ».

Et puis, grâce à la prière, grâce à l’accompagnement spirituel, on a compris du fond de nous-même que l’appel de Dieu était dans la phrase « aime ton prochain comme toi-même ». Ne jamais se considérer comme supérieur à quiconque. Aimer les autres. Aimer les employés d’ici, sans les regarder de haut, comme font bien des blancs par ici !

Une décision prise avant où on se rendait compte qu’un employé était peut être malheureux à cause de nous nous laissait vide. Aujourd’hui, une journée où on a pris un 1/4h d’heure, 1/2h (quitte à nous mettre en retard sur quelque chose), à parler à quelqu’un, à partager un moment, des rires, ou leurs soucis, nous remplit de bonheur, donne du sens à toute notre journée, et nous donne envie de recommencer le lendemain une nouvelle journée.

Placer la relation en premier, c’est aussi risquer une aventure humaine qui nous fait sortir de nous-même pour aller vers l’autre. Prendre des risques oui, mais pour du mieux ……

La suite de ce superbe post de Gwen et Ernö , que je n’ai pas hésité à copier sans vergogne, ainsi que leurs autres posts, sont sur leur blog… par là .

Matin optimiste

Matin optimiste

Ce matin, sur mon vélo, je suis optimiste.

Non pas à cause du Brexit, dont je ne suis pas encore informé vu le manque d’autoradio sur mon véhicule, mais parce qu’il fait beau, que je suis forcé de m’arrêter dans ce qui ressemble à un embouteillage de vélos, et parce que (du coup?) la rocade que je surplombe est étonnamment fluide.

Non pas à cause des tarifs Easyjet, bas à en pleurer du CO² liquide, d’un aller retour Barcelone à 22 euros, Easyjet lyon barcelona 1mais parce qu’il y a quand même une justice avec un billet qui triple avec les taxes et autres frais.Easyjet lyon barcelona 2

Parce que mon cher Lilo m’apprend que Ocean cleanup est passé au next level.

Parce que Le Parisien m’apprend que le photovoltaïque peut désormais alimenter toutes les clims de France . C’est quand même un heureux hasard qu’il fasse chaud quand il y a du soleil  que le photovoltaïque produise le plus au moment des pointes de climatisation. Elle n’est pas bien faite, la vie ?

L’oreillette bannie me dispense ma chanson fétiche, et je tends la main à mes congénères, qui me répondent fraternellement, une fois de plus, avec un grand sourire.

velo-embouteillage1

La soirée de hier a été joviale, quoique triste. Mais ce matin, cela redémarre à nouveau . Optimiste impénitent . Ah, espérance

 

Lilo ?

Ocean Cleanup ?

Photovoltaïque cet été ?

Chanson fétiche ?

Fraternité ?

Espérance ?

 

Mariage sans espoir .Et de 3…

collaboratrices indiennes, dotées d’un MBA américain, travaillant en France ou ailleurs…. qui disparaissent du jour au lendemain ayant été mariées …. et devant rejoindre un mari, sélectionné par leur parent, qu’elles découvriront à l’autre bout du monde dans un mois juste avant la cérémonie, quand ce n’est pas à la fin de cette dernière quand on lèvera le voile qui les aveugle.

india veiled brideEt oui, ça existe encore…même chez les gens de haute éducation. Dans 90% des mariages, peut on lire*.

Et elles sont trentenaires, pleinement autonomes, indépendantes ….. mais savent bien que si elles se rebellent, une fatwa, ou son équivalent, sera lancée contre elles. Où qu’elles soient , un frère , un cousin ou autre mâle la trucidera, ou la défigurera à l’acide, quitte à l’aveugler au passage.

J’ai entendu que les attentes de bonheur étaient si faibles qu’elles étaient parfois “déçues en bien” et que ces mariages « low expectation » n’étaient pas plus malheureux que la moyenne.
Et si on remonte trois au quatre générations en arrière, n’était ce pas la pratique chez nous, le mariage arrangé ?

C’est quand même la troisième cette année.

Et je préfère quand même un mariage à forte attente de bonheur….

Alors, P … si tu me lis, tente de transformer ton mariage en “high happiness”, et emmène le à un “marriage course**”, comme on appelle Alpha couple*** chez les anglophones. Il y en a à SFO…

 

* Si vous voulez en savoir plus en 2 minutes sur le mariage en Inde
** Marriage course USA
*** Alpha quoi ?

Sereine confiance

Pendant deux mois j’ai trompé ma femme.

Créé une adresse mail que je n’utilisais jamais sur le PC familial. Téléphoné de la rue, de la cave, caché comme un collégien qui fume dans les toilettes. Fait des compte rendus évasifs sur mes activités pendant qu’elle visitait ses parents. Ai soigneusement payé les achats compromettants en liquide.

Admiré, et admire toujours, ceux qui mènent une double vie. Que de stress ! Que de méfiance ! Mais comment font ils donc pour être heureux comme cela ?

C’est sûr que la qualité de notre relation de couple n’était pas au top pendant ces semaines.

Mais ouf, c’est fini. Cet anniversaire surprise a été une vraie surprise et est derrière nous. Finies les cachotteries de préparation. Quel bonheur de vivre à nouveau dans la confiance et la transparence. Jamais je n’aurais pensé que j’en avais tant besoin. Plus jamais cela. Plus aussi longtemps en tout cas.

La morale de cette expérience,  c’est qu’une relation, c’est très fragile, ça se dégrade vite. Très vite. Bien plus vite que je ne le pensais. Raison de plus pour l’entretenir avec ferveur.

Hands-Together-Love-Wallpapers-800x450

Choisis la Vie

Elle dort. Visage paisible. On la sent bien. Elle est belle. Certes, elle a un peu les joues creuses. C’est qu’elle a tellement donné ces derniers mois ! Elle devait être épuisée.
Elle a les yeux fermés. Je ne l’avais jamais vue comme cela, et son regard, vif comme le feu, plein de passion, manque au tableau.
Quand elle s’éveillera ….

Là où elle est, elle est sans doute déjà éveillée, à te regarder, pauvre humain.
Dans la chambre emplie des photos de sa vie, seules les bougies s’agitent.

Partout ailleurs dans la maison le feu de la vie que tu as allumé autour de toi reprend ses droits. Dans TA maison . Pleine d’amis, d’enfants, de bébés . Qui regardent le match à la télé en buvant des bières (pas les bébés). Qui papotent en dégustant des gâteaux. Ils sont venus pour un dernier au revoir. Nombreux.

Demain, ton enveloppe sera sous terre. Sous la terre de tes montagnes. Adieu M . A Dieu . Veille sur nous . Prépares nous la place. Au revoir, donc.
Vernettes

Tes montagnes étaient radieuses, le ciel bleu marine, le soleil généreux et les jonquilles éclatantes lorsque nous t’avons accompagnée là haut. Ultime exhortation, les tiens nous ont fait chanter un de tes hymnes fétiches, ton message posthume :

Choisis la Vie
Ouvre ton cœur au don de Dieu,
Sois un vivant pour le Seigneur,
Laisse toi brûler de son feu

La Vie est une chance, tends tes bras pour la saisir,
La Vie est beauté, que tes yeux peuvent admirer,
La Vie béatitude, sauras-tu la savourer ?
La Vie est un rêve, à toi de réaliser

La Vie est un défi, fais lui face n’aie pas peur
La Vie est un devoir, l’accomplir grandis ton cœur
La Vie est un jeu, apprends la règle de Dieu
La Vie est précieuse prends en soin comme d’un feu

La Vie est richesse, un trésor à conserver,
La Vie est amour, source de joie et de paix
La Vie est mystère, sans fin perce ses secrets
La Vie est promesse toute remplie de clarté

La Vie est tristesse, mais tu peux la surmonter,
La Vie est un hymne, hâte toi de le chanter
La Vie est un combat, ne crains pas l’adversité
La Vie est une aventure, oseras tu la tenter

La Vie est un bonheur, et tu peux le mériter
La Vie est la vie défends celle des petits
La Vie est dans le Père, dans le Fils et dans l’Esprit
Jaillie du Dieu vivant, de son Amour infini

De la comm en boîte

De la comm en boîte

C’est bien connu, la communication est le sang du couple. En fait elle irrigue toute relation. Y compris dans l’entreprise, d’ailleurs dotée pour cela de professionnels : pourtant que d’erreurs, lourdes de conséquences !

Même la politique croit dans les bienfaits de la communication. Elle se trompe juste un tout petit peu complétement, en oubliant un des deux sens de la comm, la transformant en propagande unilatérale…. même (et surtout ?) quand elle s’affuble du titre de « participative ».

Clé, donc la communication . Car c’est par l’échange qu’on se connaît . Et par la connaissance qu’on a plaisir à interagir. A interagir avec plaisir, car, et ils en ont fait leur slogan , Mieux on se connaît, mieux on s’aime.

boite de comm

Leur slogan ? Celui de qui ? Celui des créateurs de ces jeux, qu’ils ont appelé les boîtes de comm**.

Ces jeux qui ont mis la larme à l’oeil chez des vieux couples qui pensaient s’être déjà tout dit. Et chez des jeunes adultes qui ont encore mieux découvert leur famille (très) proche.

Allez, votez vous un bain de douceur .

  • A deux, la boîte de comm du couple, une sorte de DSA* gentiment guidé.
  • En famille, multigénérationelle, la boite de comm de la famille, qui renforcera tous les liens… du sang.

boite de comm couple1

boite de comm famille2

 

 

 

 

 

 

A quand la boîte de comm en boîte, pour doper nos entreprises ? Pour introduire, magie, d’un seul coup d’un seul la qualité de la relation et l’efficacité de l’équipe. Car l’un ne va pas sans l’autre. Parfois il me semble que même ce basique est oublié. Et en voilà encore une idée pour doper la santé des entreprises et la création d’emplois…

 

* Pour tout savoir sur le DSA

** Plus sur ces boîtes

 

A tous on peut tout … mais sans toi c’est dur.

noteSi la note disait : ce n’est pas une note qui fait la musique… Il n’y aurait pas de symphonie.

visu-289x214-livresSi le mot disait : ce n’est pas un mot qui peut faire une page .. Il n’y aurait pas de livre.

Si la pierre disait : ce n’est pas une pierre qui peut monter un mur.. Il n’y aurait pas de maison.

goutteSi la goutte d’eau disait : ce n’est pas une goutte d’eau qui peut faire une rivière .. il n’y aurait pas d’océan.

Si le grain de blé disait : ce n’est pas un grain de blé qui commence un champ .. il n’y aurait pas de moisson .

Si l’homme disait : ce n’est pas un geste d’amour qui peut sauver l’humanité… il n’y aurait pas de bonheur.

Comme la symphonie a besoin de chaque note, comme le livre a besoin de chaque mot, comme la maison a besoin de chaque pierre, comme l’océan a besoin de chaque goutte d’eau, comme la moisson a besoin de chaque grain de blé, l’humanité toute entière à besoin de toi, là ou tu es, là comme tu es, avec ta joie, ton espérance, ta souffrance, ta misère …

L’humanité toute entière a besoin de toi car tu es unique et irremplaçable . Ainsi soit il   

 

Michel Quoist

Un petit mot d’encouragement qui peut parler à tous.

 

Serait-ce moi Seigneur qui m’assoupirai tout à l’heure au lieu de rester à tes côtés lorsque tu auras besoin de ma présence et de ma prière au jardin de Gethsémani ? Serait-ce moi qui ferai comme si je ne te connaissais pas lorsque tu seras soumis à la question dans la maison du Grand Prêtre ? Serait-ce moi qui vais te vendre pour une trentaine de pièces d’argent ? Serait-ce moi Seigneur qui aujourd’hui encore m’assoupis au lieu de veiller, qui vis ma foi dans la faible mesure où mes occupations quotidiennes m’en laissent le loisir. Serait-ce moi qui, peut-être, te trahis sans même en avoir véritablement conscience ?

diable et ange haddockC’est possible, mais c’est aussi toi qui as quitté tes filets, ta sécurité, ta respectabilité pour me suivre. C’est toi qui as risqué ta vie et surmonté ta peur pour m’accompagner au plus loin que tu pouvais. C’est toi qui as marché avec moi sur les routes de Galilée et dans ma montée vers Jérusalem sans savoir où nous allions. Et c’est toi qui, aujourd’hui encore, là où tu es, là où tu en es, entretiens la petite flamme de la foi sur ton lieu de travail, au sein de ta famille, parmi tes amis pour qui je ne suis pas forcément grand-chose. C’est toi qui as le courage parfois d’être, en mon nom, signe de contradiction. Alors, laisse donc cette question avec son poids de culpabilité et d’angoisse que tu n’as pas à porter. Vis pleinement ces instants d’intimité ensemble, ce dernier moment d’amitié auquel je tiens plus que tout.

 

Merci,  JP Vesco, pour ces mots qui tombent au bon moment, ou chacun ,dans la cause qu’il porte, peut rencontrer un moment de doute sur la petitesse et l’imperfection de ses efforts. Haut les cœurs pour la rentrée !

Un petit mot qui fait une grande différence

yours-mine-ours2Petit restaurant en mi saison dans le midi. Une dizaine de couples attablés, un peu de tous âges. Je ne sais pas ce qui nous a poussés à nous mettre à  rechercher  et  compter  les alliances… Sans doute un peu de « déformation  professionnelle  » *.

Et les autres soirs de la semaine n’ont fait que confirmer notre statistique, qui en vient presque à  nous mettre mal à  l’aise.  Serions-nous réellement les derniers dinosaures ? On pourrait même se demander si nous allons encore pouvoir longtemps continuer à exhiber ce signe qui pourrait devenir politiquement de plus en plus incorrect.

 

La série des mariages à repris. Samedi après samedi, la phrase se répète :

Je te donne cette alliance, signe de notre amour et de notre fidélité.   😐

Je te donne cette alliance, signe de notre amour et de notre fidélité.   :-0

Je te donne cette alliance, signe de notre amour et de notre fidélité.    😦

Je te donne cette alliance, signe de notre amour et de notre fidélité.    :-((

Je te donne cette alliance, signe de mon amour et de ma fidélité.         😉    A et F détonnent.

Signe de MON amour….

Ce qui veut dire que c’est TON amour et TA fidélité que je porte au doigt. Pas les miens, ni ceux d’un NOUS que chacun peut interpréter et décider disparu à sa guise.

Think about it….futur mariés.

Et les autres aussi, avant de retirer  votre alliance. Ce geste vous appartient il ?

La conserver au doigt n’est il pas aussi, en plus,  un message réellement militant  ?

 

*Si on peut parler de profession….

Dealer jihadiste, maton, flic et rappeur de Dieu

Quel bonheur d’avoir rencontré  Ludo, alias Oldream. La vie de tous les jours ne destinait pas ma route a croiser la sienne.

Ne dans le quart monde, alcool, violence conjugale et inceste poussent sa mère a fuir avec lui.

La violence, la drogue et le deal le rattrapent, l’éloignent de la foi de sa grand mère pour le rapprocher de l’islam radical. Salafiste en banlieue Parisienne, recruteur d’Allah… Que le Seigneur rappelle juste a temps pour ne pas finir comme son pote à Guantanamo… Que le Seigneur remodèle. Sans aucun diplôme, mais avec un casier judiciaire miraculeusement vierge, il devient successivement gardien de prison, époux, père de famille, policier… dans une succession de  clins dieux miraculeux, tout au long de ce cheminement si improbable….  et il clame sa foi sur les rythmes qui ont baigné son adolescence.

oldreams cover600Il vous a dédicacé son album. Non, les chants chrétiens ne sont pas forcément mièvres. Même si le rappeur porte une alliance.

Quel témoignage  ! Quelle ferveur ! Et merci , a toi et a ton collègue Kodjo, de m’avoir fait connaître ce monde du rap chrétien.

Oui, Il est vraiment présent, partout « ….presque de manière imperceptible, comme le brouillard qui filtre sous une porte close. Serait ce une promesse permanente, malgré tout, jaillissant comme une résistance obstinée…*« .

Un échantillon de son talent

Et quelques minutes d’interview, pâle réplique de son heure de témoignage enflammé..

 

* Laudato Si, 112

Cinq jours au merveilleux pays de bisounours.

tagada-79435Qu’est ce que c’est bon et doux … Certes il faisait chaud, très chaud. Certes la foule était grande, 5000 personnes dans ce grand parc. Sous ces immenses tentes.
5000 personnes qui toutes respectaient quelques commandements de base. Une dizaine, disons. Assez connus depuis des millénaires. Ayant fait leurs preuves pour générer une ambiance de paix et de joie*.
5000 personnes venues en famille, enfants et ados grouillaient, tous se mettant si bien au service de la communauté que les mouvements de foule, les queues lors des repas, se passaient dans le calme, en douceur, et rapidement. C’est vrai que le souci de l’efficacité collective , si on oublie sa gloriole individuelle, porte fruit.
On en a même oublié l’indispensable et robuste structure d’organisation, qui n’a été ni mentionnée ni remerciée a la fin . Elle l’aurait je crois refusé .
5000 personnes venues se ressourcer dans une foi commune, écouter des témoins, nourrir leur réflexion personnelle, louer.
Mais pourquoi cette parenthèse en marge de la « vraie vie » ne pourrait elle se prolonger ?

Crois, espère,  aime. Guillemette Pradere donne les trois mots clés avec lesquels tous sommes repartis.

Crois. Crois que la civilisation des bisounours de l’amour est possible. Et engage toi dans ce chantier. Pas forcément besoin d’une religion, pour cela. Nombreux sont ceux qui œuvrent sans religion. Qui croient juste en certaines valeurs. Mais nombre d’entre eux n’ont pu ignorer toutes les aides inattendues, les clins Dieux qu’Il envoie sur le chemin. Et un jour ou l’autre Le rencontrent . Les veinards…

Espère. .. ma préférée. ..

Et aime. Bien sur a l’image de l’amour du couple. Aime non pas comme le chocolat que j’aime et consomme, mais en cherchant à  donner plus qu’à recevoir…Pratique pour trouver des volontaires pour les corvées quand on est si nombreux. Bon, mais si chacun s’efforce de donner plus qu’il ne reçoit, on va tous finir par recevoir plus qu’on ne donne. Comme dit la chanson…

Et, perso, je ne peux résister à ajouter « Agis » en quatrième mot clé. Agis, même si tu te sens démuni, faible, impuissant, petit.

Agis comme par exemple F a fait en créant Bilik, une communauté bisounours** d’artisans qualifiés sur leurs compétences et leurs valeurs .

 

*Insolite d’entendre sous la douche, au soir d’une journée étouffante, une voix mâle louer a gorge déployée « je suis dans la joie, une joie immense… ».

** Pas si bisounours que cela, quand les clients évaluent le prestataire a posteriori en ligne . Quoi, un contrôle ? Un manque de confiance ? Non pas, mais l’homme est faible, autant intégrer cette donnée.

Chic, chic, le divorce recule

Aie, encore un propos qui n’est pas très sérieux . Tu prends tes désirs pour des réalités, bonhomme ! En plein au moment ou tous les journaux disent haut et fort le contraire, s’appuyant sur les dernières publications de l’ INSEE .

Qui divorce ? Les mariés de l’année ? Non, bien sûr . Pas que… Ca ne va en général pas aussi vite ..Alors, pourquoi faire, comme tous les bons media le font , le rapport entre nombre de mariages et nombre de divorces de la même année ?? Pour prouver que le divorce se généralise, et justifier ainsi son comportement de libéral libertaire ?

Allons bon … la pensée unique tordrait elle les chiffres dans un sens ? Qu’à cela ne tienne, je les tords dans l’autre …

L’INSEE publie un autre chiffre que j’aime bien suivre : sur 1000 couples mariés au 1er janvier, combien auront divorcé au 31 décembre .

Et bien , devinez quoi, depuis l’annus horribilis ou 12,5 couples sur 1000 ont divorcé, ce chiffre baisse régulièrement pour atteindre 10,3 en 2013, dernière stat publiée . Les couples sont donc de plus en plus stables et divorcent de moins en moins depuis 2005 .

2015 02 14 divorces dans l'année

 

Allez, un autre indicateur de la solidité des couples . L’INSEE regarde combien de couples se séparent après combien d’années de mariage . J’ai retenu, pour faire simple, 3 courbes : 3ans (verte) , 5ans (bleue) , 8 ans (orange) .

La courbe verte montre que, parmi les couples mariés en 2002 /2003, 5% avaient divorcé au bout de 3 ans .

Pour les couples mariés en 2010, seulement 4% avaient divorcé au bout de 3 ans. 20% de moins…

pourcent divorce apres X ans

Même tendance pour la courbe bleue : 11% des couples mariés en 2002/2003 avaient divorcé au bout de 5 ans .  Moins de 9% de ceux mariés en 2008 ont divorcé au bout de la même période .

Pas de doute, les mariages récents redeviennent de plus en plus solides .

Ca réchauffe le coeur de tous ceux qui s’y emploient, non ?

 

Et pour ceux que ca amuse, tous les chiffres possibles sont dispos là .

Il est parti cette semaine

Après une longue vie bien remplie, C s’est éteint dans les bras de sa fille, cette semaine.

A nos pauvres et maladroits mots de condoléances, elle nous répond :

« Merci les chéris. Pas vidée ce matin mais vitalisée par tt le chemin de mon père. Une belle trace dans la neige que le souffle de l Esprit va essaimer ds le cœur de ses enfants et petits enfants pour longtemps. Il n’ y a pas d’ âge pour sourire et aimer! Je vous embrasse fort« .

Merci de ces mots .

Alors, heureuse …?

c’est ce qu’à du dire le Texan à sa Texane suite à cet évènement intense mais bref . (Pour ceux qui ont l’impression d’avoir loupé une marche, c’est par ici ).

Un peu court”, a t elle répondu . Alors, que faire pour être heureux dans la durée ??? Bonne question .

Et là, TADAAAA……… je ressors un tableau de mon livre fétiche qui nous donne de super éléments de réponse .

bonheur pointsSur une échelle entre 10 et 100, il a calculé combien de points de karma bonheur on perdait quand un évènement arrivait dans nos vies .

Alors ….

Pour moi, pas de surprise, c’est la vie en couple dans la durée qui apporte le plus de points . Et quand ce couple a le bonheur de croire, et d’être en bonne santé et dans une démocratie, il approche le nirvana … alors, franchement, arrêtons de râler.

Mais aussi … il, vaut mieux être jamais marié que divorcé ou séparé .

Morale de mon histoire : si vous êtes en couple, prenez en soin, partez pour durer, entretenez le. Et si vous n’y êtes pas (encore) ,  et n’y allez pas à la légère, la séparation fait tellement mal … 8 points de karma , quand même…

 

PS : pour discerner, on a un truc en stock ...

 

Grève de terre brûlée

  • 1990  . D’Afrique du Sud ou nous demeurons, je reviens vers la France plusieurs fois par an, dont une transhumance de juillet avec les enfants, alors petits . Enchaînement de UTA et d’ air inter . Gageure, à cette époque il était impossible, surtout si l’on ajoute la RATP pour faire la liaison entre les aéroports, de ne pas tomber sur une grève en période de vacances … Ces deux compagnies n’existent plus.
  • 2000 . 35 heures . Les équipiers de l’usine de tôlerie que je dirige reçoivent, sans avoir rien demandé, des jours de RTT . Conséquence, une grève pour en avoir encore plus . Quand je rencontre les délégués, je recois en pleine face : “de toutes façons, foutu pour foutu, autant en tirer le maximum”. Ils avaient finalement raison, depuis l’usine a disparu…Prophétie autoréalisatrice ?
  • 2014 , Grève des pilotes d’Air France pour s’élever contre le low cost . Une grève contre le comportement d’achat de leurs clients, en quelque sorte . N’ont ils pas compris que c’était inéluctable ? J’en doute, ils sont intelligents . Encore un comportement “foutu pour foutu”, quitte à entraîner le reste de l’entreprise dans la chute ? Pour moi, le résultat est écrit . J’ai vendu mes actions Air France…

aircalin2 

Un post contre le droit de grève ? Non, pas du tout. Contre l’abus d’utilisation du droit de grève . Quand une minorité en profite pour acaparer, ou protéger ses avantages. Mais, au fait, ou est la limite ? Limite entre l’intérêt d’une minorité et l’intérêt commun?

J’ai trouvé la réponse dans le topo 6 du père Molinié : “ vous ne serez pas jugés sur les actes que vous avez faits, mais sur l’amour, l’amour que vous avez répandu”.

Alors, va donc pour une grève …ou une manif  … mais par et pour l’amour .

PS : Air calin, s’il vous plaît, pas de grève et arrêtez d’exploiter trop brutalement vos clients . Votre logo manquerait au paysage des aéroports si vous disparaissiez !!!

Un tour en tandem ?

Fin de la saison des mariages . Comme chaque été, les prêtres se sont livrés au difficile exercice du sermon, faisant mine de s’adresser aux mariés qu’il a déjà vus des heures et des heures, pour leur faire un récap final en sept minutes chrono. En réalité, ils ont un discours à cibles multiples, les pauvres : quelques rappels de base aux chrétiens de l’assistance, et un vernis pas trop hermétique à tous ceux qui, immense majorité dans la plupart des cas,  sont juste venus ici pour le copain ou la nièce qui se marie, mais ne mettent autrement jamais les pieds dans ce genre d’édifice.

Exercice difficile … qui tourne souvent autour de la maison des trois petits cochons bâtie sur le roc, de la mine de sel de la terre quiar men n’est rien s’il lui manque l’amour, et du phare d’Ar Men auquel on coupe le jus… Ca m’a donné envie d’apporter mon écot , en couchant sur le papier l’histoire du tandem racontée déjà tant de fois.

Le mariage, c’est un peu comme une balade en tandem. Le départ est toujours au sommet d’une côte. Ça démarre fort et facile, on n’a besoin de personne. Ni de Dieu, ni des autres. Ca descend tout seul. Mais, arrivés en bas , au bout de deux ou trois ans * , il faut se mettre à pédaler . Ça se corse . On a intérêt à avoir appris à se connaître . A savoir pédaler en phase et à être d’accord sur la direction. Et ça monte. C’est même dur . Bon nombre mettent le pied à terre , certains s’arrêtent complètement de pédaler. Et restent là en rade, sans trop réfléchir . Finalement, au bout de quelques années ils redescendent chacun de son côté. Pour repartir avec un ou une autre…

Et c’est en général dans ces côtes difficiles que, comme par hasard, l’Esprit arrive et nous envoie une grande bourrasque dans le dos, juste pour nous, ça aide à monter, et un petit restau en haut de la côte** . Et, ensuite, au fil des montées et des descentes, avec le temps qui passe, la montée devient quelquefois parfois préférée, ça va bien, on peine ensemble avec une certaine joie. A condition bien sûr de s’être habitué à l’odeur de l’autre. On contrôle finalement mieux que la descente, qui va parfois un peu trop vite. On se paie même le luxe de donner une petite poussette aux copains qui titubent et sont prêts de la chute. Ca nous donne des ailes. Et quelle joie quand on les voit repartir !***.

Oh, la forme, ca s’entretient . Une petite goutte d’huile de temps en temps ne fait pas de mal, sans cela la chaîne grince parfois, et le tandem zig zague****

C’est tout cela, le mariage. Sur ce chemin montant sablonneux malaisé***** qu’est la Vie, garder la Foi en l’amour de Dieu, aider l’autre qui trébuche, rendre grâce pour tout ce que l’on reçoit, vouloir durer , décider de durer, avec Lui, sur une route qui devient de plus en plus gratifiante, parce que l’on en a décidé ainsi. Parce qu’on ne se marie pas parce qu’on s’aime, mais parce qu’on a décidé de s’aimer…

hugskisses3Bon, on arrête là l’allégorie, il y a quand même des jours bien moins marrants que d’autres.

Au fait, have you hugged your wife today ?

 

* On l’a déjà dit mille fois, c’est chimique . Rien à y faire !!

** Certains diront qu’ils ont eu de la chance, d’autres verront le Clin Dieu

*** on est bien quand on fait du bien

**** comme au Mali avant la saison des pluies

*****mais il y a toujours espérance

 

Bêtise meurtrière

gnothi-seautonL’ analphabétisme est réputé être inférieur à 1% en France . Allez, on va le croire …

Les Algériens dans leur vaste majorité ne brûlent pas de voiture pour manifester leur joie, pourtant avoir un garage les soirs de coupe du monde sécurise beaucoup.

Un avion Malaysian et 300 personnes plus bas … juste parce que les “réputés éduqués”  n’ont pas lu la notice de leur missile . Ca fait  douter du fait qu’ils sachent lire.

Et la majorité des habitants de Mossoul : sont ils anti Chrétiens anti Yezidis, anti Chiites  ? J’en doute, là encore une poignée d’irresponsables est à la manœuvre.

Nucleaire : personne ne poussera jamais le bouton, comme disait VGE “la décision de déclencher le tir stratégique et de déclencher la destruction mutuelle assurée apparaîtra comme le dernier geste d’un irresponsable”*… Seul un état voyou le fera, probablement encore un qui ne saura pas lire la notice.

Finalement, le problème numéro un de ce monde est que la bêtise n’est pas un gène récessif. D’ailleurs, les mathématiciens, Einstein en tête,  le savent bien: rien ne donne un meilleur aperçu de la notion d’infini que la bêtise humaine

Alors , quelle solution ?

  • Mort aux cons (vaste programme, nous sommes cernés) ,comme souvent j’en ai des bouffées d’envie ?  Bon , ce n’est pas très chrétien . Tout le monde a droit à la Vie.
  • Répondre au communautarisme idiot par un communautarisme élitiste , comme beaucoup le font ? Quartiers qui refusent les transports en commun, écoles élitistes totalement privées, ou carrément pays complet comme la Suisse qui interdit minaret et limite le nombre d’étrangers ? Tout cela, pour moi, n’est pas vraiment en ligne avec la doctrine sociale de l’ Eglise et sa préférence pour le plus démuni .

Deux pistes concrètes :

  • détruire tout l’arsenal nucléaire militaire, et réprimer avec fermeté tout état qui s’en approche. Mais pourquoi l’Humanité conservait elle le moyen de sa destruction accidentelle ? γνῶθι σεαυτόν** , disaient les anciens. On SAIT qu’un jour tout cela va mal finir, qu’un hurluberlu appuiera sur le bouton . Alors, autant prévenir …
  • toujours et encore répandre la fraternité ...qui évitera a la bêtise de devenir asocialement dangereuse. Même si mes voisins m’énervent beaucoup. Et, pour cela, rien de mieux que de développer son empathie . Alors, dans la série les vidéos pour bronzer moins idiot , une superbe leçon d’empathie , toujours pour les anglophones :
    dostoievski fraternité

 

 

*VGE “le pouvoir et la vie”1992

** Gnoti seauton , Connais toi toi même

 

Aux mariés de cet été … et autres.

alliancesMon alliance…Bien sûr c’est une image, un symbole de mon engagement et de notre engagement mutuel.

Ce symbole est béni, et devient image et symbole de l’amour permanent du Christ pour moi.

Ce symbole est celui du sacrement, à travers lequel notre amour est devenu l’image (pâle !) de l’amour de Dieu.

Au fil des ans, au fil des coups, cette alliance est cabossée, comme l’a été notre amour, comme l’a été ma Foi. Elle reste néanmoins un rappel, à chaque tentation. Rappel de l’amour de ma femme et de celui de Dieu.

Au fil des ans , elle est devenue de plus en plus difficile à enlever . Image de mes habitudes ? Parfois même elle me démange …

Et  de temps en temps, j’arrive à l’enlever… et je la remets. Je la remets symboliquement, avec un petit sourire intérieur, un je t’aime et une prière. Parfois en me disant que c’est peut être la dernière fois que j’aurais l’occasion de l’enlever.

A ces moments là, je re-vis mon sacrement de mariage. Je vis complètement avec.

Je Décide de vivre avec. C’est ma femme. C’est mon Dieu. Je serai heureux comme cela, je suis convaincu d’être aidé, soutenu dans et par cette décision.

Cette  alliance, signe efficace et visible d’une réalité et d’une grâce qui nous dépassent.

 

 

miror

Petite minute pratique . Pour faire briller votre Alliance d’un amour tout neuf , au bout de quelques années de vie en couple, pour prolonger votre amour fou tout neuf en amour solide au long cours . Un clic sur le Miror… on recommande chaudement.

Second conseil , faites comme au Mali avant la saison des pluies

 

Et, dans la série, inutile de s’énerver pour rien. ….

 

Enfin, bagage de base en cas de nuage vraiment noir

 

Rompre l’isolement des personnes âgées se travaillerait il à tout âge ?

De 2000 à 2010 , la proportion de personnes vivant seules dans son logement est passée de 15,8% à 18,1% (pour les fous de stats   http://www.insee.fr/fr/themes/document.asp?reg_id=0&id=3813 )

On ne se marie plus , le “pour toute notre vie” fait peur … alors, c’est sûr qu’il y a un moment de la vie ou l’un ou l’autre sera seul.

Et , quand bien même on se marie, bien souvent on divorce !

Bien sûr, pour profiter au mieux de la vie, on fait moins d’enfants .. qui partent à l’autre bout du monde pour suivre l’âme soeur rencontrée grâce à Erasmus.

On ne se soucie pas trop de l’origine des produits que l’on achète, l’important est le prix . Et tant pis s’il n’y a plus d’industries locales pour employer nos enfants . Cela leur donne une raison de plus de partir au loin.

Tout cela explique une augmentation massive de l’isolement des personnes âgées….ça ne fait que commencer.

Donc, pour bien préparer ses vieux jours et ne pas rester seul (c’est la séquence pub) :

  • acheter Français, pour fournir du travail à nos petits enfants
  • créer un lien familial solide dès le plus jeune âge  Parcours-Alpha-Parents
  • éviter de se marier n’importe comment, travailler son engagement ( bon, OK, pub un peu directe pour Alpha Duo  http://duo.parcoursalpha.fr/)
  • entretenir son couple (pub pour les restaus du coin, voire pour Alpha couple…https://www.facebook.com/parcoursalphacouple)
  • travailler ses langues, pour se préparer a accueillir des “valeurs ajoutées” non Francophones.
  • apprendre assez vite à se mettre a obéir a ses enfants devenus adultes, pour prendre le pli avant de devenir gâteux ET autoritaire …ca sera moins pénible pour eux.
  • d’autres idées ?

Ezekiel, prophète de la 4G

Ezekiel 47,1

sous le seuil du temple,de l’eau jaillissait……. en tous lieux ou parviendra le torrent, tous les animaux pourront vivre et foisonner….. sur les deux rives, toutes sortes d’arbres fruitiers pousseront … et leurs fruits ne manqueront pas ….. car cette eau vient du sanctuaire. Les fruits seront une nourriture, et les feuilles un remède.”

Dieu nous donne en abondance ce dont on a besoin… Au Moyen Orient, c’est de l’eau dont on a besoin . Chez nous, c’est plutôt l’amour. On en a , un peu , on pense même parfois qu’on en a assez, ou qu’on peut vivre sans . Cet amour de Dieu, finalement, c’est un peu comme la 4G : on ne le voit pas, on n’en voit pas toujours l’utilité, on peut même parfois nier son existence ou le refuser farouchement. Pourtant, il diffuse partout, et quand on est connectés , c’est autre chose. Ça ouvre des horizons, ça donne une dimension nouvelle….

Notre défi, quand on est connectés, c’est de ne pas uniquement en profiter . C’est de devenir à notre tour des hotspots.

Merci, Merci, Loïc, de cette analogie si percutante lors du baptême de Jules. J’espère juste ne pas avoir trop dénaturé tes propos en les condensant.

Elle m’énerve , mais c’est ma faute .

Bon, impossible de lire un beau journal bien propre et frais . Elle l’ouvre toujours avant moi, et je ne comprends pas comment elle s’y prend mais c’est toujours Guernica : les pages dans tous les sens, a moitié chiffonnées, tout à reprendre pour suivre le fil de l’éditorialiste.
Et dire que ça m’a énervé pendant des dizaines d’années … Sans que je n’en voie la vraie valeur .
C’est quand même bien plus facile pour faire les boules de papier pour allumer le feu , merci !!
J’aurais du le voir plus tôt, ça m’aurais évité bien des énervements stupides.

Merci à T et D pour ce beau témoignage de positivisme de vie de couple .

Foi donnée, Foi choisie

Lou Anne a été baptisée à Pâques. Rendue au Dieu qui ne peut être étranger à sa venue sur terre. En elle Il vit désormais. La Foi lui a été donnée . Ses parents continueront. Rendez vous dans une vingtaine d’années pour qu’elle La choisisse. Ou non . « Mais comment faire pour trouver dans ma vie ta présence ? »

Aimer et se savoir aimée…

Fabrique et entretien de briques de société

C’est Guillemette qui a trouvé cette image pour notre vocation. Les enfants se sont envolés . Notre carrière est passionnante, son évolution derrière nous. Depuis maintenant 5 ans, c’est aux couples que nous consacrons notre énergie disponible . Le couple : une brique primordiale pour la construction de notre société .famille brique de societen

Alors, c’est décidé : nous investissons dans l’Amour.

miror

Comme dans le « Miror » du couple, qui fait briller nos alliances d’un amour tout neuf …

 

 

 

Ou comme dans Alpha Duo … si vous avez 1 minute 50 à perdre regardez cette vidéo en cliquant ci dessous

Image video Aduo