Paul P, dirigeant et actionnaire familial

Employés, clients, actionnaires . Dans le discours classique des priorités de l’entreprise, on met l’actionnaire en dernier pour la forme. En réalité, avec la mécanique des stock-options et autres actions gratuites, il se retrouve en premier.

Chez Paul P, ce triptyque se concentre en un seul objectif : pérennité de l’entreprise. Eh oui, l’actionnaire, qui n’a pas forcément besoin de ce revenu pour vivre, a hérité de l’entreprise. L’a empruntée à ses enfants. Donc un de ses objectifs principaux sur terre est de la transmettre à ses enfants.

Et, dans l’ADN de l’entreprise (eh oui, on n’est pas que chez les bisounours, on sait employer les termes à la mode, ..) , il y a deux mots : confiance et respect.

Des employés . Des clients.

Confiance. Quand on fabrique du matériel auquel des millions de gens confient leur vie, la confiance est maître mot. On n’ira pas mégoter quelques euros sur une dégaine ou un gri gri dont notre vie dépendra.

Respect . Des employés, qui le sentent et le rendent bien (hopefully). Chose qui se perd dans les multinationales qui traitent trop souvent leurs employés comme du consommable. Et qui vont chercher à l’autre bout du monde les clients perdus dans leur pays d’origine. Des employés non respectés peuvent ils respecter les clients ?

Paul P dirige une multinationale familiale. Son objectif vis à vis de l’actionnaire est de maintenir la cohésion familiale. Et sa promesse de maintenir le patrimoine. A long terme. Pas le quarterly profit.

Jusqu’où pourra t il aller en échappant ainsi au système ? Certains Allemands ont su construire des empires familiaux. Plus robustes que celui de Johnny. Alors …

 

Et moi, que puis je faire pour favoriser ce modèle d’entreprise ?

En tant qu’ épargnant, qui se pose des questions*, investir dans des fonds d’entreprise familiaux ou la famille garde la majorité** …

Et m’orienter vers des obligations, qui ne me donnent aucun droit d’intervention dans la stratégie de l’entreprise, plutôt que vers les actions qui poussent à la rentabilité chaque année***.

En tant que client, me renseigner sur les politiques RSE de chacune des marques que j’achète. Fatiguant, mais n’est ce pas là le moyen d’infléchir in fine sur la société dans laquelle je veux vivre ?

Bon, une fois cela dit, plus facile à dire qu’à faire …

Allez, hors sujet, mais pas tant que cela . Vous avez l’appli Yuka**** ? Encore un moyen d’infléchir…

 

* actionnaire, des devoirs?

** perso, depuis le post de 2011,  j’ai sélectionné celui là . Pas parfait, mais … cela donne, au bout de qq années, un papier comme celui là  

*** Ben oui. En émettant une obligation, l’entreprise s’engage à payer X% d’intérêts chaque année. Et c’est tout . Elle ne donne aucun droit au souscripteur de participer en bien ou en mal aux décisions de l’entreprise.

**** Mangez mieux, faites les bons choix 

Publicités

Un mélange des genres méprisant

C’est comme pour le photovoltaïque* : pour atteindre son objectif, la France subventionne ceux qui ont le moins de chances de contribuer à son objectif.

Une prime pour financer des travaux amenant une économie d’énergie**… et donc de consommation de ressources naturelles, sous une forme ou une autre … bonne idée.

Car chacun sait que, hélas, la rentabilité intrinsèque de tels travaux, si on ne considère que l’impact direct à court terme, est souvent faible. Mais que l’intérêt collectif, en termes de qualité de l’air et de ses impacts sur la santé publique, pour ne parler que de ces derniers, est indéniable.

Mais pourquoi conditionner cela à un seuil de ressources?

Bref, le réserver aux propriétaires pauvres (quel locataire investirait dans le logement qu’il occupe ?), qui ont probablement bien d’autres priorités que de faire un investissement rendu moyennement rentable ?

Encore une fois, en mélangeant les genres on a créé un bidule qui aura un impact probablement confidentiel. melange-des-genres

  • Soit on veut faire un grand pas en avant, et on ouvre la mesure à tous.
  • Soit on veut faire une politique redistributive, et on augmente une alloc ou une autre.. sans créer un truc de plus dans le millefeuille.

En mélangeant les objectifs, on se prépare encore un gaspillage de fonds publics, pavé de bonnes intentions comme l’est l’enfer.

A croire que notre cher gouvernement méprise tellement les gens aux revenus modestes qu’il s’est mis en tête de leur dicter les priorités à suivre dans leurs dépenses. Ne sont ils pas assez grands ?

 

sur le photovoltaique et le dogme des electrons

** et si vous êtes intéressés par la mesure en question

Je paie la dette de mes enfants en partant en vacances

Lancer de dés :  ou partir cette année pour notre tradition elle semaine en amoureux ?

C’est la première fois que je me pose cette question en la mesurant à l’aune politique . Ou nationaliste .

C’est vrai, la (grosse) poignée d’euros que je vais dépenser va :chat ou j habite

En gros, tout bien confondu, le budget vacances part in fine à 75% dans les caisses de l’état.. Ca mérite réflexion….

Allez, cette année pas de soleil d’Italie, ni de levadas à Madère, pas de frites à  Bruxelles ni de funiculaire en Suisse. Direction Ganges. Pas en Inde,  dans les Cévennes.

 

*Bon, pas d’extrémisme quand même , on a acheté le guide vert, mais je n’ai pas réussi  à  éviter  la commission versée à Booking et à airbnb…

** Merci Geluck pour l’illustration … Ah!!! encore un non Francais . Ouf , il ne m’a pas (encore) demandé de royalties.

 

PS :  le 1/9 /2015 . Lu dans le courrier international . Je ne pensais pas que ce blog aurait autant de pouvoir d’influence . Comme quoi, chaque goutte d’eau compte dans une rivière …

vacances en france

 

Faites du vélo pour devenir riche, vivre vieux et relancer l’économie : la preuve Belge

Une étude de 98 pages* résumée en deux extraits .

velo rapport bruxelles

Alors, n’attendez pas, finie l’écologie du seul week end  !!!

 

* Impact et potentiel de l’usage du vélo sur l’économie et l’emploi en Région de Bruxelles-Capitale . Les effets directs et indirects de l’usage du vélo en 2002,  2012 et 2020 – rapport de mai 2014 commandité par le ministère de la région de Bruxelles capitale.

 

18/11/14 : Persiste et signe : 650 000 emplois en Europe !!

Tous ruinés dans dix ans ?

Discours de plus de trois heures du ministre sur l’état des finances. Il annonce aux députés tout juste réunis que, en dépit des économies réalisées, il subsiste un déficit de 55 millions de livres sur 531 millions de dépenses ordinaires, et un dette qui se monte à environ 70% du PIB . L’ Etat, ajoute t il, est insolvable; l’économie se débat dans l’inflation. Mais les députés préfèrent discuter des modalités de leur élection et de l’éventuel doublement de la représentation du tiers état.”

Non, ce n’est pas une de nos démocraties du XXIéme siècle . C’était Necker le 5 mai 1789, à la veille de la révolution.

Donc la dette publique ne date pas d’hier . Déjà, l’Athènes de l’antiquité ou plus récemment la Venise des doges en ont été  victimes.

Les recettes pour s’en sortir sont connues , l’Histoire les a toutes essayées . Les favorites des rois de France, outre faire grimper les impôts, histoire connue de nos jours, ont été l’inflation, qui appauvrit sournoisement tout le peuple, la confiscation des biens des juifs ou des banquiers lombards, et la création d’instruments financiers sophistiqués qui finissent toujours mal .

  • Les impôts qui grimpent, on y est déjà, et ce n’est pas parti pour s’arrêter.
  • Les produits financiers sophistiqués, nous n’en sommes pas sortis, de ces emprunts ou prêts toxiques.
  • L’inflation, elle devra concerner l’ensemble de la zone Euro, ce qui n’est pas improbable, à moins qu’on nous sorte un “eurofranc” qui permettrait ce tour de passe passe. Certains en rêvent ..
  • Reste à spolier les juifs et les Lombards . De nos jours, ca pourrait ressembler à une taxe brutale sur les dépôts d’assurance vie, comme Malte en a donné l’exemple très récemment.  En gros, les Français ont 1500 milliards d’euros sur leur contrat d’assurance vie. A comparer aux 1900 milliards de la dette publique. En prenant tout, il faudra encore arrêter de payer tous les fonctionnaires pendant deux ans pour remettre les compteurs à zéro .

Scénario peu probable . J’ai rencontré ce soir d’éminents représentants de la finance Parisienne qui m’ont asséné qu’un scénario « à la Maltaise était impossible » . Ils ne m’ont pas rassuré .

Ce qui est sûr, c’est que la situation est grave, et que les mesurettes ne suffiront pas .

 

Pour plus de chiffres et de détails, je recommande le livre de Jacques Attali dont j’ai sans vergogne volé le titre et les passages en italique.

 

Livret A : Quand sous couvert d’épargne solidaire on finance les collectivités locales .

Doutant désormais de tout, j’ai voulu connaître l’utilisation des fonds versés sur mon livret A . Et j’ai été édifié :

  • 35% ( un gros tiers) va aux banques pour leurs activités bancaires

  • 38% sont placés en actifs financiers divers, financent les collectivités locales, les dettes d’état européens, des obligations diverses.

  • 32% seulement servent à financer le logement social.

Bon d’accord, c’est net d’impôt . Mais je suis déçu .

Alors, j’ai vidé mon livret A et ai  pris des parts de la foncière Habitat et Humanisme ,qui ne rapportent rien sauf un crédit d’impôt.

Sur 10 ans, ca revient au même pour moi , et 100% va au logement social au lieu de 32% . Je ne finance ni banques ni collectivités locales . Et j’ai bien plus confiance en HH pour aller vraiment à l’indispensable.

 

http://www.challenges.fr/finance-et-marche/20121009.CHA1744/livret-a-ce-qu-on-n-a-jamais-dit-sur-la-gestion-des-fonds-du-produit-d-epargne-prefere-des-francais.html